Rocaille, de Pauline Sidre

Ayant peu fièrement (mais avec beaucoup d’enthousiasme !) craqué pour la campagne des Projets Sillex, j’ai lu aussitôt reçu Rocaille de Pauline Sidre. Malgré ses quelque 480 pages, il n’aura pas duré plus loin que le week-end de Pentecôte. Une lecture super agréable, soutenue par un style d’écriture fluide et une intrigue porteuse. Et un objet-livre foutrement canon, il faut le dire.

HMSFFFcli8-1-2 - CopieLa Rocaille se meurt. Ce pays sec et désertique est incapable de faire pousser quoi que ce soit, plongeant sa population dans la quasi-famine. Seuls les rois verts peuvent faire pousser, du bout des doigts, arbres et plantes, pour nourrir le château et ceux qui peuvent s’offrir leurs productions. Mais Gésill, dernier roi vert en date, vient d’être assassiné. Puis ressuscité. Son frère a sombré dans la folie, sa sœur est aux mains des ministres, la survie de son pays ne tient donc plus qu’à lui.

Ligne horizontaleÉcosystème & orgueil

Ces derniers mois, le confinement nous a fait prendre conscience, plus que jamais, de l’impact de l’Homme sur la nature. Alors le message est pas mal en vogue, mais abordé ici avec une véritable originalité. Avec Rocaille, la fragilité que peut avoir un écosystème est mis en avant avec force et impact. Dans ce monde, ce sont les guerres intestines des Hommes qui ont mis en danger la biodiversité. La terre a oublié comment faire pousser des plantes, comment s’épanouir, mais est avide de le faire. Seuls les Hommes (les rois verts, plus précisément), ont le pouvoir de la faire renaître mais ne prennent pas conscience que leurs petites actions sur la flore, multipliées par 1000, pourraient faire refleurir la Rocaille entière.

Sauf qu’entre peurs et incertitudes, c’est avant tout la vanité et l’orgueil qui ont entraîné les Hommes dans cette situation. À vouloir s’accaparer un pouvoir qui n’était pas leur, à ne pas juger des conséquences de leurs actes, à flatter leurs petits orgueils mal-placés de « qui a le plus gros » (pouvoir, bien sûr), ce sont les Hommes eux-mêmes qui ont provoqué la déperdition de la terre sur laquelle ils vivent. Et seule une remise en question fondamentale de chacun peut permettre une résolution des problèmes de façon collective. En peu de pages, l’auteure parvient à nous esquisser des personnages capables de ce cheminement intérieur, qui se reflète parfois même sur leur apparence extérieure lorsque la dégradation physique de Gésill, notre protagoniste, devient aussi le signe qu’une page se tourne et qu’il est peut-être temps pour les symboles de l’ancien monde de se retirer.

Ligne horizontaleLe mot de la fin

Rocaille de Pauline Sidre nous plonge dans un univers sombre et fragile, où la survie de l’être est mise en péril par la destruction de l’écosystème. Malmenée par l’ambition des Hommes, la nature se rebelle et se meurt. Aux côtés de personnages attachants, aux pouvoirs magiques extraordinaires et aux fêlures profondément humaines, on suit un cheminement qui nous mène à repenser l’interdépendance entre l’Homme et la nature. Une aventure écologique toute en métaphores, pleine de suspense, d’humanité et de magie.

4 réflexions sur “Rocaille, de Pauline Sidre

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s