Découvrons… Les Questions dangereuses de Davoust

     Dans le catalogue des éditions ActuSF, un tout petit roman au résumé loufoque a été mon attention. Ni une, ni deux, souhait formulé, souhait exaucé : me voilà à lire Les Questions dangereuses de Lionel Davoust en ce début d’année 2019. L’histoire de cape et d’épée me faisait penser à du Dumas, le titre à du Laclos et le ton décalé et la satire sous-jacente à du Pratchett ; autant d’éléments fort prometteurs qui créaient un horizon d’attente élevé pour cette lecture.

     Au château de Déversailles, le scandale gronde : le conseiller principal de la reine vient d’être assassiné dans des conditions mystérieuses. Ce n’est point la Question, arme ultime des gentilshommes et de toute la société civilisée, qui l’a terrassé mais un projectile de bois à tête d’acier et au cul empenné… Les mancequetaires sont sur la piste de ces barbares qui tuent sans crier gare.

Ligne horizontale     Détournement & piquant.

    Comme on pouvait s’y attendre, Les Questions dangereuses est un pastiche qui détourne les codes du genre (ou des genres) pour mieux les interpréter. Outre les auteurs cités en introduction, Lionel Davoust s’est amusé à cacher une foultitude de petites références littéraires de tous acabits dans son roman que le lecteur ne peut s’empêcher de prendre plaisir à décortiquer. Il donne ainsi une petite dimension onirique à son univers, un surréalisme qui nous permet de prendre un peu de distance par rapport à ce que nous connaissons pour mieux les voir. Ce détournement, à la fois drôle et subversif, ne fonctionne qu’avec un lecteur actif qui cherche à déceler tous les petits indices cachés ; une bonne façon de créer un dialogue, une complicité entre l’auteur et son lecteur.

     Dans ce livre, la pointe de l’épée est remplacée par une langue acérée et force est d’avouer que le piquant des coups portés reste intact. Tous les amoureux des bons mots trouveront un plaisir indéniable à découvrir les saillies d’esprit qui constituent ce texte. Les Énigmes sont l’arme principale des mancequetaires et on se prend très vite au jeu de la résolution ; on développe ainsi une sorte d’empathie avec les personnages qui sont physiquement obligés de répondre aux Questions qui leur sont posés tandis qu’on développe une petite addiction à l’art de la Réponse nous aussi. Et lorsque l’intrigue nous mène vers des questionnements plus profonds, remet en question l’univers même qu’elle a créé, nous sommes inévitable entraînés dans sa chute et interpellés par les questions que cela pose ; un développement malin et prenant.

Ligne horizontale     En bref :

     Je ne peux nier une petite déception à la lecture de ce livre, sans pour autant pouvoir en blâmer le livre lui-même. De fait, c’est la faute de mon horizon d’attente qui était faussé. Le résumé m’avait vendu de l’humour et j’ai trouvé de la satire. Une satire mordante, qui m’a beaucoup plu et que j’applaudis vivement mais qui ne m’a pas fait rire (ou sourire) comme je l’attendais, ce qui aurait été la cerise sur le gâteau. Pour cela, malheureusement, Les Questions dangereuses ne deviendront sans doute jamais une œuvre-phare de mon répertoire mais elles sont, sans le moindre doute, une parenthèse plus que plaisante pour bien commencer l’année. Une façon détournée de se poser les Questions importantes et de remettre en perspective un univers aux Réponses évasives.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s