Germinal, d’Émile Zola

     Parmi les romans les plus connus du cycle des Rougon-Macquart de Zola, et même de la littérature française en particulier, il y a Germinal. Germinal, c’est une grosse bête, un peu effrayante à commencer, de part son volume, de part sa réputation et de part son message politique. Je craignais de ne pas accrocher, d’être perdue, et pourtant, la plume implacable de Zola m’a fait me prendre d’empathie pour ce peuple de charbonniers que j’ai autant adorés que détestés.

Lire la suite

Thérèse Raquin, d’Émile Zola

         Aujourd’hui, chers lecteurs, je vous propose de lire un classique qui casse les idées reçues : Thérèse Raquin, d’Émile Zola. Le fait est qu’avec le nombre impressionnant de livres qu’il a écrit et avec la mauvaise réputation de L’Assommoir qui « porte bien son nom », Zola n’attire pas les foules. En dehors de ceux qui ont déjà été conquis par Le Bonheur des dames, Zola fait peur : c’est un classique donc c’est long, dense, ennuyeux… Et pourtant, Thérèse Raquin c’est une histoire de passion, d’adultère, de meurtres, de revenants et de consciences torturées. Là, tout de suite, ça donne déjà beaucoup plus envie, non ?

Lire la suite

Découvrons… Au Bonheur des Dames, de Zola

       C’est un collégien que j’avais en cours particulier qui m’a décidée, après l’avoir lu pour préparer son brevet et beaucoup aimé, à finalement me replonger dans un roman de Zola plus que plébiscité : Au Bonheur des Dames. J’étais sceptique depuis des années à propos de ce livre, malgré mon engouement pour La Fortune des Rougon mais comment résister à un livre recommandé par un élève qui avoue n’être pas mordu de lecture ? Mon envie grandissante de lire un classique – chose que je n’avais plus fait depuis longtemps et qui me manquait – et l’occasion de mettre à jour mon challenge des 100 livres à avoir lus dans sa vie n’ont donc été que le prétexte final à ma décision.

Lire la suite