Je résume : Le Papa de Simon

Auteur : Guy de Maupassant.
Genre :
Nouvelle, réalisme.
Première parution : 1879
Recueil : La Maison Tellier.
Thèmes principaux :
– le harcèlement scolaire & ses conséquences ;
– la bon humaine & l’empathie ;
– la cruauté humaine & la morale.

Attention : résumé complet avec spoilers de toute l’intrigue.

Les enfants du village sont très intrigués par Simon dont c’est le premier jour d’école. Leurs mères parlent beaucoup de la Blanchotte, fille-mère, qui a élevé Simon seule. Ils l’arrêtent à la sortie de l’école pour se moquer de lui qui n’a pas de papa. Simon réplique qu’un des leurs est orphelin de père mais celui-ci rétorque que son père est au cimetière tandis que Simon ignore où il est. Ils se battent, Simon est humilié mais se débarrasse d’eux en leur lançant des cailloux.

Seul, en pleurs, il se souvient d’un pauvre homme qui s’est suicidé par noyade car il n’avait pas d’argent et dont il a assisté à la repêche du corps à l’air apaisé. Simon résout de faire de même. Il se laisse distraire par les insectes et les grenouilles de la rivière mais il est rattrapé par ses pensées et se remet à pleurer lorsqu’un ouvrier le surprend et lui demande ce qu’il se passe. Le reconnaissant, il le raccompagne chez lui, espérant pouvoir profiter des faveurs de la mère mais il recule en la voyant sévère. Elle est très émue par l’histoire de son fils, qui demande alors à l’ouvrier d’être son père. Celui-ci, prenant cela à la plaisanterie, accepte, lui donne son nom et l’embrasse sur les deux joues avant de s’enfuir.

Le lendemain, les enfants veulent l’embêter à nouveau mais il affirme que son père s’appelle Philippe et le maître d’école lui vient en aide. Pendant 3mois, Simon passe ses après-midi avec Philippe qui essaye de parler avec la Blanchotte malgré sa réserve. L’un des enfants dit alors à Simon que, si Philippe était son père, il devrait être marié à sa mère. Simon va poser la question à Philippe qui travaille à la forge. Encouragé par ses collègues, il dit au petit de prévenir sa mère qu’il ira lui parler au soir. Elle s’inquiète des commérages lorsqu’il se présente mais il lui demande d’être sa femme et dit à Simon qu’il peut prévenir tout le monde qu’il est son père et qu’il le défendre. Simon le fait, le lendemain, à l’école et plus personne n’ose répondre car on connaît ce forgeron et qu’on estime qu’il peut en être fier.


À mettre en lien avec : La Maison Tellier de Guy de Maupassant ; Les Tombales de Guy de Maupassant.

Publicité

Je suis ta Nuit, de Loïc Le Borgne

Je ne savais pas dans quoi je me lançais avec Je suis ta Nuit, de Loïc Le Borgne. Et ce livre m’a profondément bouleversée dans ses 3 derniers chapitres. Tout le roman m’a fait lire une histoire d’enfance qui tourne au drame, entre horreur et fantastique. La conclusion, que j’aurais pu voir venir si j’avais été attentive aux indices, m’a prise au cœur et au dépourvu. Un drame social que je ne veux pas vous spoiler mais vous recommander vivement.

Lire la suite

Le Monde de Narnia, de C.S. Lewis

       Il est plus que temps, chers lecteurs, de nous attaquer à un classique de la fantasy que nous n’avons fait qu’évoquer ici : Le Monde de Narnia, de C.S. Lewis. Je suis toujours hésitante à parler de livres que j’ai lus il y a longtemps, d’autant plus quand il s’agit de tels monuments de la SFFF, car j’ai la persistante impression que je vais forcément passer à côté de trop de chose. Pardonnez-moi donc si je ne suis pas exhaustive sur le sujet, le but est seulement de rendre à cette saga la place qu’elle a dans mon univers littéraire.

Lire la suite

Chanson douce, de Leïla Slimani

        Ayant été voir le film en décembre dernier, je n’ai pu m’empêcher de sauter sur le roman original Chanson douce de Leïla Slimani dès que j’en ai eu l’occasion. Et il n’a pas fait long feu : en 24h, la bête était dévorée ! J’étais très curieuse de voir si cette lecture parviendrait à me conserver le sentiment de malaise ressenti pendant le film tout en m’éclairant davantage sur les motivations de notre sombre héroïne. Pari à moitié réussi, et je vous explique pourquoi.

Lire la suite

Play (2020)

play.jpg

        Je suis allée voir Play en début d’année, un peu par défaut : il passait à la bonne heure, au bon endroit et le pitch avait l’air sympa. Mais je n’en attendais pas grand chose de plus qu’un divertissement correct, étant toujours méfiante avec les films français (franco-belge, pour être exacte, mais on ne se refait pas !). Et Play m’a eue. Il m’a clairement eue avec son découpage particulier, en petits bouts de films enregistrés à la volée, par-ci par-là, par Max, un jeune garçon auquel on offre sa première caméra et que l’on suit, par courts extraits, dans son cheminement vers l’âge adulte avec sa bande de potes.

Lire la suite

Le Roi Lion (2019)

Le-Roi-Lion-2019-1

     Incontournable de l’été 2019, il était bien entendu impossible que je n’aille pas voir la version modernisée de l’un des Disney qui a bercé mon enfance, dont j’ai regardé la VHS encore et encore : Le Roi Lion. Dans la série des live actions en vogue en ce moment, Le Roi Lion se distingue puisqu’il est forcément en images de synthèses mais avec un réalisme saisissant.

Lire la suite

Les Carnets de Cerise 3, de Chamblain et Neyret

      Toujours aussi irrésistible, le tome 3 des Carnets de Cerise : Le Dernier des Cinq Trésors de Chamblain et Neyret m’est tombé entre les mains début 2019. Bien que respectant son univers désormais bien installé pour les lecteurs fidèles, chaque tome fait montre d’originalité en développant de nouvelles pistes de réflexion laissées en suspens dans les tomes précédents.

Lire la suite

Les Carnets de Cerise 2, de Chamblain et Neyret

    Suite à mon excellente découverte du tome 1, je me suis fait un grand plaisir de replonger dans l’univers doux et enfantin des Carnets de Cerise avec le tome 2 : Le Livre d’Hector. Si le premier tome nous faisait découvrir la petite Cerise et son univers, comme une scène d’exposition sur fond de mystère, le tome 2 reprend les impondérables mis en place pour développer de nouveaux thèmes autour de la vie de la jeune fille et dispenser ses leçons aux jeunes lecteurs de façon toujours aussi ludique tout en captivant aussi les plus grands.

Lire la suite

En finir avec Eddy Bellegueule, d’Édouard Louis

        Cadeau d’un ami grand fan de l’auteur, je me disais deux choses en commençant ce roman : 1 – mon ami n’a pas trop mauvais goût, c’est donc potentiellement un bon livre ; 2 – le livre est tout fin, au pire il sera vite lu. Dans un cas comme dans l’autre, j’étais en-dessous de la vérité. Ce petit livre m’a si bien scotchée que je l’ai dévoré en une journée à peine et que je devais me faire violence pour ne pas rédiger ma chronique au fur et à mesure de ma lecture, tant il m’inspirait de réflexions.

Lire la suite

Découvrons… Lou !, de Julien Neel

       Entre son adaptation en série animée – qui respecte à 100% le support original – et celle en film – qui est une vraie réussite, une première ! -, il y a de fortes chances que vous ayez déjà entendu parler – même vaguement – de la bande dessinée Lou ! de Julien Neel. Découverte il y a quelques années alors que j’avais déjà théoriquement passé l’âge pour la lire, j’ai vraiment accroché à cet univers doux et rose de l’enfance rêveuse.

Lire la suite