Pumpkin Automn Challenge 2022

Même si c’est avec un peu de retard, je rempile avec l’édition 2022 du Pumpkin Automn Challenge créé par Guimause Terrier ( plus d’infos sur son blog et sur Youtube) ! Le thème de l’année est « l’étrange cueillette » .

L’année dernière, le challenge m’avait donné un bon coup de voir pour lire et voir de nombreuses nouvelles œuvres. J’avais choisi d’essayer de valider toutes les sous-catégories avec 1 livre et 1 film, ce qui faisait un total de 14 de chaque. Et j’étais tout de même arrivée à 13 livres et 12 films, ce qui avait été super agréable.

Cette année, je suis en pleine phase creuse côté culture en ce moment, c’est donc un peu plus difficile de me lancer. Mais l’engouement annuel autour de ce challenge me donne envie de tenter ma chance, et l’espoir de me remettre un peu dans le bain de la lecture et du cinéma qui commencent à franchement me manquer.

Je choisis donc l’option « Un appétit de goule » qui demande de valider au moins 3 sous-catégories par menu (tant qu’à faire, je vais de nouveau tenter le grand chelem), mais cette fois ce sera avec un livre OU un film (et non les deux) par sous-catégorie. Et voici ma sélection !

Ligne horizontale

Livres lus : 1/8 – Films vus : 0/6

Menu « Automne Frissonnant »

  • Ghost Hunt : Histoires de fantômes du Japon, de Lafcadio Hearn (illustré par Benjamin Lacombe) [Livre]
  • Le Portrait du Mal : Hocus Pocus : Les Trois Sorcières (1993) [Film]
  • Des Sakuma Drops au milieu des lucioles : D’abord, ils ont tué mon père (2017) [Film]

Menu « Automne de l’étrange »

  • Les Mystérieux Habitants de Pottsfield : L’École du bien et du mal (2022) [Film]
  • La Cueillette des champignons : Les Sorcières (1990) [Film]
  • « In the dark I hear a call » : L’Épée de Vérité, tome 8 : L’Empire des Vaincus, de Terry Goodkind [Livre]
  • « Sois vent, rêve, cendre et néant / Sois nuit, noir, âme et souhait » : Les Contes macabres (volume I) d’Edgar Allan Poe (illustré par Benjamin Lacombe) [Livre]

Menu « Automne douceur de vivre »

  • Deux citrouilles en valent mieux qu’une : Alice de l’autre côté du miroir, de Lewis Carroll (illustré par Benjamin Lacombe) [Livre]
  • La maison Slanghsters : Les Annales du Disque-Monde, tome 26 : Procrastination de Terry Pratchett [Livre]
  • Il n’y a jamais trop d’épices dans ma pumpkin pie ! : Les Sœurs Grémillet, tome 1 : Le Rêve de Sarah, de Giovanni Di Gregorio (illustré par Alessandro Barbucci) [Livre]
  • Chante-moi une chanson Sassenach : Dune, tome 4 : L’Empereur-dieu de Dune de Frank Herbert [Livre]

Menu « Automne rayonnant »

  • « We’re all born naked and the rest is drag » : LGBTQIA+ / Amour de soi / Diversité / Inclusivité –> ??? (Je cherche encore, j’en ai déjà vu pas mal sur ces sujets, donc si vous avez des suggestions, je suis preneuse !) [Film]
  • « You cannot eat the money » : Waterworld (1995) [Film]
  • Le don des Merriwick : Le Magicien d’Oz, de Lyman Frank Baum (édition Mina Lima) [Livre]

Death Note – 1er cycle (tomes 1 à 7), de Tsugumi Ōba & Takeshi Obata

Avec le 7ème tome, s’achève ce que l’on considère traditionnellement comme le premier cycle de la saga Death Note, de Tsugumi Ōba & Takeshi Obata : celui qui voit s’achever le duel entre L et Kira. Je vous parlais déjà précédemment du tome 1 mais je voudrais aujourd’hui aller plus loin. Car pendant ces sept premiers tomes, le manga tourne autour de la tension entre les deux personnages qui ne pourra prendre fin qu’avec la mort de l’un des deux et que beaucoup considèrent comme la seule fin possible. Mais deux personnages qui incarnent des idées qui dépassent de loin le stade personnel.

Lire la suite

Challenge de l’imaginaire 2022

Après une pause en 2021, la tentation est trop grande : je rempile pour le challenge de l’imaginaire en 2022 ! C’est un challenge que j’aime particulièrement car, sans me mettre la pression et tout en me laissant de la liberté dans mes choix, me permet de faire plein de belles découvertes dans mon genre de prédilection. J’y avais déjà participé en 2019 et en 2020. Comme d’habitude, pour les règles complètes, je vous renvoie vers l’incroyable organisatrice de ce challenge : Ma Lecturothèque.

Lire la suite

Bilan 2021

Une page de plus se tourne et, comme pour beaucoup, fin d’année rime avec bilan pour Rat des Villes. Encore une année étrange, marquée par la crise sanitaire depuis 2020, mais une année pendant laquelle nous avons aussi décidé que nous ne souhaitions pas arrêter de vivre. Aussi, malgré le manque de voyages, la culture n’a pas été en reste en 2021 et la fiction, plus que jamais, a été synonyme d’évasion.

Lire la suite

Pumpkin Automn Challenge 2021

C’est le craquage de la rentrée : je me lance dans le Pumpkin Automne Challenge 2021, alors même que je n’en finis jamais aucun. Mais l’enthousiasme collectif sait toujours m’avoir à l’usure et la fada d’organisation que je suis s’amuse presque plus à le préparer qu’à l’achever. Pour les règles, je ne m’y tenterai pas et vous renverrai directement à l’article explicatif de Guimause.

Lire la suite

Je résume : Le Papa de Simon

Auteur : Guy de Maupassant.
Genre :
Nouvelle, réalisme.
Première parution : 1879
Recueil : La Maison Tellier.
Thèmes principaux :
– le harcèlement scolaire & ses conséquences ;
– la bon humaine & l’empathie ;
– la cruauté humaine & la morale.

Attention : résumé complet avec spoilers de toute l’intrigue.

Les enfants du village sont très intrigués par Simon dont c’est le premier jour d’école. Leurs mères parlent beaucoup de la Blanchotte, fille-mère, qui a élevé Simon seule. Ils l’arrêtent à la sortie de l’école pour se moquer de lui qui n’a pas de papa. Simon réplique qu’un des leurs est orphelin de père mais celui-ci rétorque que son père est au cimetière tandis que Simon ignore où il est. Ils se battent, Simon est humilié mais se débarrasse d’eux en leur lançant des cailloux.

Seul, en pleurs, il se souvient d’un pauvre homme qui s’est suicidé par noyade car il n’avait pas d’argent et dont il a assisté à la repêche du corps à l’air apaisé. Simon résout de faire de même. Il se laisse distraire par les insectes et les grenouilles de la rivière mais il est rattrapé par ses pensées et se remet à pleurer lorsqu’un ouvrier le surprend et lui demande ce qu’il se passe. Le reconnaissant, il le raccompagne chez lui, espérant pouvoir profiter des faveurs de la mère mais il recule en la voyant sévère. Elle est très émue par l’histoire de son fils, qui demande alors à l’ouvrier d’être son père. Celui-ci, prenant cela à la plaisanterie, accepte, lui donne son nom et l’embrasse sur les deux joues avant de s’enfuir.

Le lendemain, les enfants veulent l’embêter à nouveau mais il affirme que son père s’appelle Philippe et le maître d’école lui vient en aide. Pendant 3mois, Simon passe ses après-midi avec Philippe qui essaye de parler avec la Blanchotte malgré sa réserve. L’un des enfants dit alors à Simon que, si Philippe était son père, il devrait être marié à sa mère. Simon va poser la question à Philippe qui travaille à la forge. Encouragé par ses collègues, il dit au petit de prévenir sa mère qu’il ira lui parler au soir. Elle s’inquiète des commérages lorsqu’il se présente mais il lui demande d’être sa femme et dit à Simon qu’il peut prévenir tout le monde qu’il est son père et qu’il le défendre. Simon le fait, le lendemain, à l’école et plus personne n’ose répondre car on connaît ce forgeron et qu’on estime qu’il peut en être fier.


À mettre en lien avec : La Maison Tellier de Guy de Maupassant ; Les Tombales de Guy de Maupassant.

Bilan 2020

Les années passent et les traditions s’ancrent : pour la cinquième année de suite sur Rat des villes, je vous propose comme premier article de 2021, un petit bilan de l’année écoulée.Ce bilan, malgré tout ce que cette année a pu avoir de terrible, n’est pas si négatif que ça pour moi. J’ai eu la très grande chance de n’être pas touchée personnellement par la maladie. Mes proches et moi avons pu être épargnés. J’ai pu redécouvrir mon travail à travers le télétravail, qui a chamboulé une grande part de ma vie personnelle également (pour le meilleur). Je découvre les joies de la vie à la campagne, les aléas des boulimies ou au contraire anorexies de lectures avec des très gros mois et des tout petits mois. J’espère que vous sortez également de 2020 sans trop de dommages, que vous vous engagez dans 2021 avec beaucoup d’optimisme, et je vous souhaite une très belle année à venir.

Lire la suite