Ordalie, de Morgan Of Glencoe

Troisième tome très attendu de La Dernière Geste, après Dans L’Ombre de Paris et L’Héritage du Rail, j’étais impatiente de lire Ordalie, de Morgan Of Glencoe aux éditions ActuSF. Quel plaisir de retrouver cet éventail de personnages très différents auxquels on s’est attachés, ces adversaires qui gagnent en profondeur à chaque tome, cet univers qui se développe et s’étoffe.

Deux ans après le précédent tome, Yuri et son entourage ont pris leurs marques en Keltia, leur nouvelle patrie. Mais la situation en France ne s’améliore pas, bien au contraire. Le Rail est en danger et pour éviter la guerre, les keltiens doivent dépêcher un Ambassadeur à Paris afin de calmer les velléités du Roi de France.

Ligne horizontale

Socio-politique & humanités

Dans ce nouveau tome, l’autrice nous plonge plus loin encore dans la socio-politique de son univers. Alors que jusqu’ici, Yuri cherchait à tout prix à fuir la cour de France, elle y revient volontairement cette fois mais armée de nouvelles cordes à son arc. De femme-objet destinée à subir les caprices du Roi, elle devient actrice de sa propre destinée et, plus encore, de celle de son pays d’adoption. Son statut n’est plus le même et la géo-politique mondiale en est bouleversée, devant reconnaître à une femme les mêmes poids et pouvoirs jusqu’ici réservés aux hommes. Les subtils jeux de pouvoir, les équilibres fragiles et les tensions socio-économiques exposent leurs règles pour mieux resserrer leurs pièges dans une intrigue haletante.

Par ailleurs, l’humanité de nos personnages s’exprime toujours plus. Pour Yuri, nos Rats et nos Fourmis, bien sûr, qui continuent à développer leurs personnalités, mais aussi pour les antagonistes de cette histoire, ce qui la rend d’autant plus intéressante. En effet, un bon méchant est un méchant motivé par des moteurs crédibles. Personne ne veut faire le mal pour faire le mal, aussi ici le Roi de France et son bras droit Aliénor gagnent énormément en profondeur grâce à l’exposition de leurs motivations, de leurs faiblesses… et de leur humanité, tout simplement. Des antagonistes d’autant plus crédibles qu’ils ne sont pas parfaitement manichéens et servent ainsi au mieux les rebondissements de l’intrigue.

Ligne horizontale

Le mot de la fin

Encore un très bon tome signé là par Morgan Of Glencoe ! C’est assez amusant : à chaque nouveau tome, j’ai une petite réticence à entrer dans l’univers, que je trouve assez emprunt de naïveté au premier abord, comme le reflet d’une utopie adolescente. Et pourtant, chaque fois, je tombe dedans malgré moi. L’intrigue est accrocheuse, les personnages attachants et l’univers finalement irrésistible. Au point qu’on a encore et encore envie d’y revenir. Je renouvelle donc, avec ce nouveau tome, ma déclaration d’amour à La Dernière Geste et n’attend plus que la parution du prochain opus.

Publicité

4 réflexions sur “Ordalie, de Morgan Of Glencoe

  1. Ping : La dernière geste, troisième chant: Ordalie de Morgan of Glencoe – Au pays des cave trolls

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s