Biotanistes, d’Anne-Sophie Devriese

Ce mois-ci, chers lecteurs, je me suis attaquée à une petite brique qui m’a mis une claque. L’un des derniers nés des éditions ActuSF, entre fantasy et science-fiction, est Biotanistes d’Anne-Sophie Devriese. Un roman qui nous situe dans un futur post-apo, où la nature est morte et l’humanité survit grâce aux sorcières qui voyagent dans le temps, où le convent de sœurs a toute autorité et où les hommes sont relégués au rôle de reproducteurs, où la balance des genres est inversée et où le passé est relégué au rang de semi-mythe. Un roman coup de cœur qui m’a tenue en haleine et balancé ses messages bien sentis à la gueule.

Rim est une jeune sorcière qui a grandi au convent avec un seul rêve en tête : voyager dans le temps. En effet, les sœurs du convent ont la faculté d’explorer un lieu dans le passé, d’où elles ramènent de précieuses informations pour la survie de l’humanité dans cet univers où la nature est morte et les connaissances sont perdues.

Ligne horizontale

Masculisme & manipulation

Dans son roman, Anne-Sophie Devriese a fait le choix de nous parler non pas féminisme mais « masculisme ». De fait, elle met en scène un sexisme inversé : dans son univers, les femmes sont au pouvoir et les hommes traités comme des étalons, de la chair fraîche, que l’on rabaisse, que l’on protège ou que l’on utilise mais que l’on ne traite jamais comme un égal. Les situations mises en scène sont proches du monde réel, criantes de réalismes, reprises en inversé pour mettre l’accent sur l’absurdité de telles pratiques, même lorsqu’elles sont mâtinées de bonnes intentions. Cette inversion m’a beaucoup fait penser à la très bonne BD Erika et les Princes en détresse de Yatuu, qui inscrit son univers fantasy sur le même postulat. Mais le roman, contrairement à la BD, pousse moins la caricature pour plus axer son propos sur l’injustice et la souffrance provoquée par cet état de fait.

De même un second message politique est porté par l’exemple tout au long du roman : celui des manipulations politiques. Dans cet univers, on découvre comment le pouvoir en place parvient à manipuler les foules avec un savant mélange de peur et de faux altruisme ainsi qu’en mettant en place un précieux système de rétention d’informations, notamment historiques. Entre main-mise sur l’éducation, établissement d’une société secrète, mise en lumière d’actions bienveillantes de façade et diffusion de fausses accusations, de rumeurs savamment pesées, tous les éléments d’une « démocrature » (dictature déguisée sous une démocratie d’apparat) sont en place.

Ligne horizontale

Le mot de la fin

Est-ce que je recommande Biotanistes d’Anne-Sophie Devriese ? Trois fois oui ! Oui pour le divertissement, oui pour l’émotion et oui pour le message. Portée par une histoire pleine de rebondissements et fichtrement bien ficelée, l’autrice développe des personnages attachants pour porter un message féministe fort avec une inversion des codes genrés malin et bien pensé mais aussi nous parler de politique et de manipulation des masses, avec un fort accent porté sur l’importance du devoir de mémoire et de la préservation des archives.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s