L’Atelier des sorciers 2, de Kamome Shirahama

Toujours saisie d’amour pour cette petite saga pleine de douceur, je continue en ce début d’automne la lecture de L’Atelier des sorciers de Kamome Shirahama avec le tome 2 reçu en cadeau pour mon anniversaire et qui tombait en plein thème « Sorcières » du HMSFF Challenge. Sans surprise, je suis toujours charmée par ce dessin tout en rondeurs et en féminité que j’avais aimé dans le tome 1. Ça a donc été un plaisir de retrouver nos héros (et surtout nos petites apprenties héroïnes) pour la suite de leurs aventures.

Les apprenties sorcières ont été prises au piège : un mystérieux sorcier encapuchonné les as bloquées dans une dimension parallèle. Le seul moyen d’en réchapper : affronter un gigantesque dragon avec les maigres savoirs magiques en leur possession. L’occasion de prouver qu’elles ont en elles l’ingéniosité que doit avoir toute apprentie sorcière.

Ligne horizontale

Failles & apprentissage

Ce tome est très fortement articulé autour des failles de nos apprenties sorcières. Si, depuis le début, Coco se sent inférieure à ses camarades, la bataille contre le dragon va remettre les choses à plat. Certes, Coco en sait moins que les autres apprenties en termes de connaissances pures, mais elle a également ses forces à apporter au groupe. Ce danger est finalement un excellent exercice de groupe pour les jeunes filles qui apprennent à reconnaître les forces et les faiblesses de chacune pour capitaliser sur l’intelligence collective. Individuellement, aucune n’aurait pu se sortir de ce mauvais pas, pas même la plus forte du groupe. Mais collectivement, elles sont capables de plus et même apprennent ensemble de ces difficultés surmontées.

Ce que j’ai trouvé de particulièrement intéressant dans ce nouveau tome, c’est une leçon inculquée à Coco que je trouve fondamentale et trop souvent oubliée : l’éducation ne doit jamais être une corvée ex nihilo, totalement décorrélée de la réalité. Dans ce tome, Coco découvre auprès de son maître que faire la cuisine peut être l’occasion de mettre en pratique ses talents magiques et de s’entraîner pour s’améliorer. Et finalement, cette situation ne doit être prise que comme un exemple plus générique de l’apprentissage. A savoir que apprendre n’a pas à être une répétition de gestes bêtes et sans utilité mais peut se faire dans un but précis, utile car l’intérêt n’est pas juste d’apprendre mais aussi de savoir pourquoi on apprend.

Ligne horizontale

Le mot de la fin

Si l’histoire reste assez gentillette, le tome 2 de L’Atelier des Sorciers continue pourtant de m’emporter dans son univers. Certes, on ne découvre pas encore de grande originalité aux motifs de cette histoire mais on entre dans un univers doux, mignon, positif… Et surtout servi par un style graphique merveilleux qui ne donne qu’une envie : continuer à en tourner les pages. Bref, un manga que je me garde sous le coude pour les jours avec un petit coup de mou, où j’ai besoin de me plonger dans une lecture réconfortante, moelleuse comme un nuage.

2 réflexions sur “L’Atelier des sorciers 2, de Kamome Shirahama

  1. J’adore lire le regard que tu portes sur ce que tu lis, et aussi je suis ravie que cette série continue de te plaire 😊
    Là où je me plonge dans le dessin, l’univers, tu vois cet aspect sur l’éducation qui m’est parlant en plus, je vais les relire prochainement je pense 😁

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s