Les Chats des neiges ne sont plus blancs en hiver, de Noémie Wiorek

Pour ma première lecture de cette autrice que je découvre pour l’occasion, les éditions HSN (que je remercie chaleureusement au passage) me promettaient un roman de fantasy poétique et envoûtant avec Les Chats des neiges ne sont plus blancs en hiver. Tout un programme. Si la poésie ne se retrouve certes pas dans l’intrigue, plutôt sombre et sanglante, elle se trouve bien dans la plume de l’autrice, élégante et délicate, qui tisse les fils d’un univers de combats et de complots.

cli8-1-2 - CopieÀ Morz, il ne neige plus depuis des siècles. Sur le trône, le jeune Jaroslav est considéré comme l’envoyé de la lumière pour la faire briller sur terre. Mais une menace plane sous le soleil : Noir, un être obscur vivant reclus dans ses grottes, qui partage le « rêve blanc » , celui de faire revenir l’hiver. Et à ses côtés, le Second, un être humain séduit par ses promesses, se bat sang et eau pour réaliser ce rêve, quitte à être considéré comme traître à son espèce.

Ligne horizontale

Noirceur & demi-teinte

Un personnage particulièrement intéressant de ce roman est Noir, une créature obscure qui lutte contre le royaume de la lumière pour ramener l’hiver sur terre. Tapis au fond des grottes, drapé dans une cape obscure et un casque cornu, terminé par une paire de griffes aiguisées, les contours de Noir restent néanmoins flous. Il renvoie une image indistincte mais un message clair : il est l’obscurité incarnée. Et peut-être, finalement, n’est-il autre que cela : une allégorie sur pattes de la noirceur qui se tapit en chacun de nous. Les personnages qui rallient Noir ont tous une ambition personnelle bien cachée, un besoin, une envie pour lesquels ils sont prêts à tout sacrifier. Et Noir leur en donne l’occasion, expression vivante de ce qui nous tente, nous ronge et à laquelle chacun pourrait bien succomber.

Pour autant, Les Chats des neiges ne sont plus blancs en hiver ne se contente par de cette opposition simpliste entre Noir et le prince de Lumière pour créer un univers basiquement manichéen. Au contraire, le roman démontre comme chaque être est fait de nuances et comme l’ennemi n’est pas forcément plus mauvais parce qu’il assume sa noirceur. Parfois, le plus dangereux est justement celui qui tente de dissimuler sa part obscure pour prétendre agir au nom de la lumière.

Ligne horizontaleLe mot de la fin

De la poésie, de l’aventure et de la réflexion, Les Chats des neiges ne sont plus blancs en hiver de Noémie Wiorek a bien tenu toutes ses promesses, et même peut-être un peu au-delà. C’est une excellente découverte que ce livre qui a mis un peu de temps à me plonger dans son univers mais qui m’a bel et bien envoûtée.

2 réflexions sur “Les Chats des neiges ne sont plus blancs en hiver, de Noémie Wiorek

    • A priori, oui ! En tout cas, aucune suite n’est évoquée par l’éditeur et le roman se clôt sur une fin qui, selon moi, n’appelle pas de suite^^ Il y a une partie quête spirituelle qui a sa forme de résolution à la fin, ce serait dommage d’aller plus loin.

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s