La Trilogie du Tearling 3, d’Erika Johansen

      Troisième et dernier tome de La Trilogie du Tearling, Destin de sang a été dévoré dans l’enchaînement des deux autres et s’est montré totalement à la hauteur de ses prédécesseurs. Parachevant avec force la trilogie, ce tome poursuit le développement des thématiques chères à l’auteure tout en ouvrant de nouveaux horizons de réflexion par son dénouement aussi original que parlant.

cli8-1-2 - Copie     Après avoir affronté la mort en face, Kelsea a survécu mais elle est désormais la prisonnière de la Reine Rouge et ignore si le délais de 3 ans qu’elle a pu négocier sera suffisant pour remettre le Tearling sur de bonnes bases. Mais est-ce simplement une question de temps ? Ses incursions dans le passé laissent penser à Kelsea que le Tearling pourrait être voué au vice depuis le début. Entre les liens de plus en plus forts qu’elle tisse avec la Reine Rouge et l’énergie désespérée déployée par ses hommes pour la libérer, c’est toute sa vision du monde que Kelsea remet en perspective.

Ligne horizontale

Figures de femmes & mal inné

    Ce troisième tome marque l’apothéose de l’évolution de Kelsea. Dans le premier tome, on découvrait une princesse jeune et naïve, pétrie de bonnes intentions, comme il en existe tant en fantasy. Dans le deuxième tome, on la voyait devenir forte et impulsive, presque cruelle à force de devoir prendre des décisions difficiles et porter seule le poids du pouvoir. Dans le troisième tome, Kelsea a tiré des leçons du passé et s’empare des meilleurs aspects de sa personnalité : puissante mais réfléchie, pleine de bonnes intentions mais pas à n’importe quel prix. Et cette évolution est mise en exergue par le parallèle avec la Reine Rouge qui, bien que connaissant un développement certain de sa personnalité au fil des tomes permettant de susciter l’empathie pour elle, refuse toute évolution. Voulant vivre éternellement, puissante et inflexible, hantée par son passé, elle reste coincée à la deuxième phase et ne peut ainsi connaître la sagesse et la plénitude auxquelles elle pourrait pourtant prétendre.

    Toute l’intrigue de ce dernier roman est construit sur la possible existence d’un « mal inné ». C’est le concept opposé à celui du « bien inné » de Rousseau (dans son texte « Du bon sauvage », Rousseau explique que l’humanité est naturellement bonne, c’est la société qui la dévoie), c’est-à-dire que toute société humaine est comme destinée à mal tourner, pourrie à la base par la nature même de l’humanité sans aucune chance d’évolution positive. L’explication se fait par la démonstration même du Tearling tel qu’on le connaît, qui a voulu repartir sur de bonnes bases à ses origines, mais que l’on découvre dans le roman avec des bases si corrompues qu’il semble impossible de reconstruire par-dessus pour créer mieux. Kelsea en conclut la nécessité de retourner à l’origine du mal pour modifier les évènements et empêcher le Tearling de mal tourner. Mais un seul acte peut-il être suffisant ? La société humaine a-t-elle seulement une chance d’évoluer sainement ? C’est un questionnement qui accompagne Kealsea tout au long de sa dernière lutte.

Ligne horizontale

Le mot de la fin

     La Trilogie du Tearling d’Erika Johansen fait partie de ces sagas qui utilisent l’imaginaire de façon terriblement pertinente. Tout lecteur de fantasy ou et de SF un peu assidu admettra que le désir de rêve et d’évasion portés par ces genres est merveilleux au début mais que, plus on en lit, plus on en attend de l’imaginaire. Formidable support pour repenser notre société, l’imaginaire peut se mettre au service de grandes idées sans perdre pour autant sa vocation à faire rêver. À la fois aventureux et intelligent, dans la lignée des deux précédents, ce dernier tome nous délivre un message d’espoir sans facilités d’une société égalitaire et vertueuse. Une trilogie qui a les qualités pour s’inscrire avec le temps comme un classique de l’imaginaire.

5 réflexions sur “La Trilogie du Tearling 3, d’Erika Johansen

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s