Je résume : On ne badine pas avec l’amour

Auteur : Alfred de Musset.
Genre :
Théâtre, comédie en 3 actes, proverbe.
Dates de publication : 1834.
Courant littéraire : Romantisme.
Thèmes principaux :
– le proverbe & le drame romantique ;
– les formes de comiques (de personnages, de répétition, burlesque, quiproquos…) & le tragique ;
– le mariage forcé & l’amour tragique ;
– la mondanité & ses conséquences ;
– les classes sociales & l’anticléricalisme.

Attention : résumé complet avec spoilers de toute l’intrigue.

Acte I – Le baron projette de marier sa nièce Camille à son fils Perdican mais leur première rencontre n’est pas à la hauteur de ses attentes. Trop semblables, Maître Blazius, gouverneur de Perdican, et Maître Bridaine, le curé, s’accusent l’un l’autre d’ivrognerie auprès du baron. Camille se montre froide avec Perdican et il en est peiné. Il croise Rosette, sœur de lait de Camille, et l’invite au dîner.

Acte II – Perdican est prêt à se marier mais Camille dit devoir retourner au couvent. Elle lui écrit un billet pendant qu’il fait la cour à Rosette. Blazius rapporte au baron une dispute entre Camille et dame Pluche, sa gouvernante, au sujet du billet. Ils en concluent que Camille a un amant. Camille donne rendez-vous à Perdican pour lui annoncer qu’elle prend le voile mais elle hésite. Elle est motivée par sa crainte de souffrir en amour.

Acte III – Le baron accuse Blazius de mensonges et le chasse. Celui-ci vole la lettre que porte dame Pluche mais Perdican intervient et la lit. Camille y dit qu’il est dévasté de son refus. Vexé, il donne rendez-vous à Camille pour courtiser Rosette devant elle. Bridaine rapporte au baron que Perdican a promis à Rosette de l’épouser. Camille comprend la manigance et dit à Rosette que c’est faux. Elle la cache et fait avouer son amour à Perdican. Elle le défie d’épouser Rosette et il s’y engage par orgueil mais elle tente de convaincre le baron d’intervenir. Rosette, humiliée, ne veut plus de ce mariage mais il persiste. Camille et Perdican s’avouent leurs sentiments et s’embrassent mais Rosette les voit et meurt sur le coup alors Camille fait ses adieux.


À mettre en lien avec : Le Jeu de l’amour ou du hasard, de Marivaux ; Il faut qu’une porte soit ouverte ou fermée, d’Alfred de Musset ; Il ne faut jurer de rien, d’Alfred de Musset.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s