L’Autre Royaume 1, de G.H. Feist

       Présenté comme le nouveau roman fantasy de l’auteur des Légendes de la Moïra, L’Autre Royaume 1 : La Grande Barrière de roche de Gavriel H. Feist a pourtant toutes les apparences de la SF lorsqu’on le commence, avec son prologue à base de décollage spatial. Prompt à déstabiliser son lecteur, l’auteur nous embarque pourtant bientôt dans un univers fantasy sombre et original.

challenge imaginaire 7     Alors qu’Heferveros est en paix depuis des années, un sombre message leur parvient : Ashlynn, jeune fille venue de l’Autre Royaume, rencontre le mercenaire Keyran, et le prévient qu’une guerre se prépare. Le peuple d’Heferveros se croyait pourtant à l’abri grâce à l’infranchissable barrière de roche qui sépare les deux royaumes. Pour en avoir le cœur net et protéger la population, un commando est envoyé en reconnaissance, le commando de l’Espoir, chargé de bloquer tout accès entre les deux royaumes.

Ligne horizontaleDu collectif à l’individuel

      Sous la forme d’une quête épique somme toute assez conventionnelle en fantasy, Gavriel Howard Feist nous introduit dans ce premier tome à l’univers qu’il a créé. On y découvre un royaume paisible, un ennemi puissant et une menace pesante, tout ce qu’il faut pour poser les bases d’une bonne intrigue. L’univers est prometteur, déjà riche et plein de pistes qui ne demandent qu’à être développées par la suite. Sur ce premier tome, le cadre est installé juste assez pour que nous ressentions les enjeux de l’intrigue sans trop de surcharge d’informations qui nous perdraient dans le texte. Et Heferveros est matérialisé par notre groupe de héros, le commando de l’Espoir, pour ne pas paraître trop abstrait. Le commando forme un groupe assez éclectique pour être attachant et représentatif de la population « heferveroise » , sans tomber pour autant dans le piège (courant pour un premier tome) de présenter un trop grand nombre de personnages, rendant ainsi ceux qui sont mis en scène nettement identifiables facilement.

      Grâce à ce groupe restreint d’aventuriers, on entre en empathie avec les habitants de ce royaume menacé. À travers ces petites individualités, on ressent davantage le quotidien qu’ils veulent sauver. Ce groupe est l’image même de la population, dissonant et pourtant soudé, plein de différences mais motivé par des valeurs communes. Néanmoins, je reprocherais tout de même un manichéisme trop prononcé sur ces personnages centraux. La bonne foi, le courage et l’héroïsme à toute épreuve de nos protagonistes sont trop beaux pour être vrais. Même les quelques tentatives pour les rendre moins lisses (par exemple, le nain appâté par le gain) sonnent assez superficiels, portés par des motifs déjà vus. C’est dommage, car l’auteur sait vraiment nous rendre ses personnages sympathiques par ailleurs et créer une bonne dynamique de groupe. Mais en forçant ainsi le trait, il rend les rebondissements prévisibles : on distingue trop vite les héros inextinguibles des traîtres sous couverture et on s’attend d’emblée au coup de couteau dans le dos qui ne tarde pas à venir ! Un peu plus de subtilité là-dessus et la recette sera parfaite.

Ligne horizontaleLe mot de la fin

      Avec La Grande Barrière de roche, Gavriel Feist offre à son nouvel univers un premier tome fort, prenant et riche en rebondissements. Ma lecture aura été gênée par quelques menus détails : des personnages un peu trop manichéens et une relecture assez approximative de la part de la maison d’édition qui laisse pas mal de fautes dans le texte. Mais passés ces aspects, intrigue et univers s’imbriquent de concert pour nous offrir un roman de fantasy haletant que je prendrai plaisir à retrouver dans les tomes suivants, avec l’espoir de voir ces quelques défauts corrigés au bénéfice de cette saga plus qu’alléchante.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s