Préparer son voyage aux USA (côte Est)

     Prises d’une impulsion subite, une amie et moi-même nous sommes décidées sur un coup de tête à partir aux États-Unis, visiter New York et ses environs pour la première fois ! Décision prise, il nous restait à peine un mois pour tout organiser, nous avons donc dû être efficaces et faire des choix rapidement. Voilà un petit résumé qui pourra peut-être vous aider.

        Quelles formalités pour partir ?

     Les papiers : Évidemment, nul voyage aux USA possible sans un passeport. Néanmoins, les formalités sont facilitées depuis 2009 avec l’arrivée du passeport biométrique qui supprime l’obligation de visa pour voyager.

     L’ESTA : En revanche, une autre formalité (beaucoup plus simple et rapide, heureusement !) reste obligatoire : remplir une demande d’ESTA. Cela se fait entièrement via le site officiel (attention aux faux sites, qui sont nombreux !), coûte 14$ et prend une dizaine de minutes (pensez tout de même à vous poser au calme, avec votre passeport et les coordonnées de votre premier hébergement aux USA pour le faire). J’ai eu ma validation au bout de 3 jours et quasiment toutes les demandes sont acceptées sans problème.

Dollars       La monnaie : Comme pour tout voyage court hors de l’Union Européenne, je conseille vivement de changer vos devises avant de partir. Pour 2 semaines, j’ai fait le choix de changer 350€  (~400$). Une nouvelle fois, j’ai fait confiance à Change Magenta (voir mon article sur Oslo pour les détails) et pensé, cette fois, à demander de petite coupures (bien plus pratiques dans les commerces).
Mais une fois sur place, les dépenses imprévues se sont enchaînées et j’ai du retirer 300$ (~260€ et mon amie encore davantage) sur place. Et nous avons eu de la chance car la carte de mon amie passait aux ATM (contre quelques frais, modestes si vous retirez de grosses sommes en une fois), mais pas la mienne. N’hésitez pas à prévoir large si vous voulez pouvoir profiter sans trop vous restreindre. Je considère ce voyage comme assez exceptionnel et ne regrette donc pas d’avoir dépensé plus pour ne passer à côté de rien.

     Internet : Vous pouvez voyager aisément aux États-Unis sans forfait international car il y a pas mal de freewifi dans les gares, les monuments et dans les différents types de logement (Airbnb, hôtels, auberges de jeunesse…). Pensez juste, avant de partir, à utiliser la fonctionnalité bien utile « télécharger une carte hors connexion » de Google Maps pour pouvoir utiliser votre GPS même sans internet !


     Quel vol choisir ?

     La compagnie : Les meilleurs prix que j’ai trouvés étaient avec la compagnie Delta avec ~350€ l’AR. Pour notre part, l’organisation de dernière minute nous a contraintes à prendre des vols un peu plus chers que prévus (~400€ l’AR / personne) avec la compagnie Lufthansa/United. L’aller-retour étant moins cher que deux allers simples, nous sommes arrivées et reparties par New York (mais Boston propose des tarifs aussi intéressants).

      La durée : Le vol pour les USA est très long (10h minimum pour la côte Est) alors il faut voir à bien choisir son vol. Pour le départ, nous avons embarqué à 11h à Charles de Gaulle et atterri à New York à 19h (heure locale), à cause d’une escale en route. En s’y prenant plus tôt que nous, il est possible de trouver des vols sans escale quasiment aux même prix, ce que je recommande.
Pour le retour, nous avons fait le choix d’un vol de nuit avec départ de New York à 17h et atterrissage à Paris à 9h30. Le décalage horaire étant défavorable au retour vers la France, j’avoue avoir beaucoup moins subi le décalage à l’aller qu’au retour (si vous en avez la possibilité, prévoyez une journée entière pour récupérer avant de retourner bosser).

Les conditions de vol : Bien que très long, le trajet s’est avéré passer assez vite. Avec United, nous avions d’inclus : une prise USB et un écran individuel à chaque siège (avec choix de plus de 200 films), une paire d’écouteurs, 2 boissons et un repas (pas fou, mais mangeable), d’un oreiller et d’une couverture de voyage. Le confort des sièges est acceptable, les rangées un peu larges (3/4 sièges), la clim’ trop forte et le vrombissement du moteur un peu assourdissant. Mais globalement (et malgré mes grosses craintes pour un premier long courrier), entre visionnages à la chaîne, ingestion des repas, un peu de lecture et beaucoup de somnolence, le temps arrive à passer sans trop de mal.

New York bis (13)      L’aéroport : Autant en France, vous saurez faire votre choix vous-même, autant à New York, c’est parfois compliqué. Vous avez le choix entre 3 aéroports à New York : JFK, Newark et La Guardia. Nous avons choisi le petit aéroport de La Guardia car il est situé presque au cœur de la ville, dans le Queens, très proche de Brooklyn où nous logions. L’aéroport JFK, beaucoup plus grand, est également suffisamment proche de la ville pour être intéressant. Je déconseille en revanche le Newark, très excentré avec 45min de trajet à faire pour arriver en centre-ville.
(Et à Boston, il n’y a qu’un seul aéroport et une navette-bus gratuite passe toutes les 15-20min et vous dépose en 20min au centre-ville (à South Station, là où se rejoignent tous les métros de la ville) donc c’est un très bon plan.)


         Que mettre dans ma valise ?

        L’adaptateur : Vous le savez sans doute mais ce serait dommage de l’oublier : les prises US sont différentes des prises françaises (souvent, même dans les hôtels !). Il est donc indispensable d’acheter un petit adaptateur avant de partir si vous voulez recharger votre téléphone.

      Le sac : Comme nous avons prévu de nous déplacer beaucoup de ville en ville, trimballer des valises nous a semblé impossible. Nous avons donc choisi de prendre des sacs-à-dos, beaucoup plus pratiques, et d’optimiser au plus ce que nous emmenons.
Pour rentabiliser la place, nous avons :
– Acheté les gels douche et shampooing sur place (sacs allégés, contrôles plus rapides et dépense minime).
– Utilisé des serviettes de bain en micro-fibres (bien que nos logements en fournissaient finalement) qui prennent moins de place et sèchent plus vite (nécessaire pour refaire les sacs régulièrement !).
– Trouvé un logement à mi-parcours qui mettait à notre disposition lave-linge et sèche-linge. Ainsi une seule semaine de vêtements de rechange à transporter au lieu de deux.

        Les petits plus : Ma recommandation est de penser à emmener tous ce qui est médicaments car ils sont vite chers aux USA et soumis à des contrôles stricts (on a enregistré mon passeport pour de l’ibuprofène, quand même). En plus de vos traitements réguliers, pensez à tout ce qui peut être très utile : quelques pansements, des mouchoirs, des pastilles pour la gorge, de la Biafine pour les coups de soleil et des Advils ou Dolipranes pour les maux de tête et autres douleurs. À adapter selon vos besoins. Et prenez-les dans votre bagage cabine, sait-on jamais en cas de perte.


         Quel(s) mode(s) de transport ?

       La voiture de location : Pour avoir longuement checké les prix avant de partir, je peux vous dire que la voiture de location n’est pas rentable si vous êtes moins de 4 voyageurs. Si vous êtes au moins 4, je pense que c’est la meilleure idée, car louer une voiture est toujours synonyme de liberté. Votre permis de conduire français est suffisant pour conduire aux USA et la conduite la même qu’en France.

Tel USA (113)      Le bus : À 2, nous avons fait le choix du bus pour nous déplacer. Moins cher que la voiture ou le train (~10-20€ / personne, selon le trajet), le bus est cependant plus long mais si vous vous déplacez par petites étapes comme nous (entre 1h et 3h max), il reste viable. Il est d’ailleurs largement privilégié par les américains, leur réseau ferroviaire étant moins développé. Contrairement à la voiture de location, le bus vous permet de vous reposer pendant que le chauffeur fait tout le travail. Et (gros point fort !) tous les bus de ville à ville incluent le wifi gratuit.
Enfin, à une seule occasion, nous avons testé le bus de nuit pour faire Washington-Boston (~10h de trajet). Il est difficile d’y trouver son confort au début mais on s’y fait, malgré une nuit bien sûr moins reposante que dans un vrai lit. Deux conseils tout de même : 1) Faites attention aux escales en réservant vos billets… Nous n’avions pas vu les 3h d’arrêt à 4h du mat’ à New York en réservant ! Nous avons trouvé très facilement un café ouvert et tranquille pour patienter, mais c’est quand même long et épuisant. 2) Arrivez en avance à l’arrêt de bus car ils seront vite pleins, même en pleine nuit ! Les américains voyagent beaucoup en bus et vous serez beaucoup plus confortables si vous choisissez votre place vous-même (à l’avant pour éviter l’odeur des toilettes, côté fenêtre pour avoir accès à une prise et côte à côte plutôt qu’avec un inconnu).


         Quel trajet emprunter ?

       Pour profiter d’un aller-retour en avion moins cher, nous avons été obligées de programmer notre itinéraire en forme de boucle. Nous avons donc atterri à New-York, puis sommes descendues à Philadelphie (~2h en bus), à Baltimore (~2h) et à Washington (~1h). Ensuite, nous sommes remontées en bus de nuit jusqu’à Boston (~10h) et redescendues par Providence (~1h30) avant de revenir à New York (~3h).

        N’ayant que 2 semaines pour en profiter, nous avons dû faire des choix en fonction de ce que nous voulions voir. Mais beaucoup d’autres villes de renom sont accessibles sur la côte Est : Salem (juste au-dessus de Boston), Newport (sous Providence), Sleepy Hollow (au-dessus de New York), Atlantic City (à l’est de Philadelphie)… À chacun de voir ses priorités en fonction de son temps, son budget et ses goûts.


         Quel(s) logement(s) choisir ?

Washington tel (9)
Notre Airbnb de Washington

       Pour des raisons de budget, nous n’avons testé qu’un seul type d’hébergement : l’Airbnb. Sans doute aurions-nous pu profiter d’un meilleur confort en hôtel, mais les prix auraient facilement fait doubler notre budget voyage alors qu’en Airbnb, nous avons pu sans peine trouver de bons logements pour pas cher (~20€ par nuit et par personne). Et nous avons souvent pu y préparer nos repas, afin de réduire le budget resto. Attention : le logement est globalement plus cher à Boston que dans les autres villes (~30-40€ / personne minimum).
Nous sommes tombées sur tout et son contraire. À Philadelphie, pas de chance, nous sommes tombé sur un endroit type « hôtel Airbnb » qui réunit plusieurs chambres et qui s’est avéré vraiment sale. À New York, le prix du logement rend les logements petits et avares de place. Mais dans d’autres villes, nous avons également rencontré des hôtes vraiment adorables (Baltimore et Washington, notamment !), des chambres propres et confortables (parfois un étage entier pour nous seules), des quartiers sûrs et proches du centre-ville. Dans certains endroits, nous avons même pu profiter de logements dans le plus pur style américain (façon séries qui ont bercé notre adolescence), alors nous sommes bien contentes de ce choix malgré le côté un peu aléatoire de la chose.


      Où manger ?

      Nous avions repéré plein d’adresses avant de partir et étions enthousiastes de goûter à la nourriture si grasse mais si alléchante des États-Unis ! Outre les spécialités de chaque ville, que je vous détaillerai article par article, voici quelques chaînes de restaurants qui se trouvent un peu partout et qui sont vraiment typiques du pays de l’Oncle Sam :

philadelphie-47.jpg

Panda Express, une chaîne de plats chinois à tester.
Popeyes Kitchen, une chaîne de cuisine estampillée « Louisiane » où vous trouverez absolument tout frit : poulet, pommes de terre, crevettes et même… Oréo ! J’avoue n’avoir pas osé ce dernier. Mais le reste était bon, épicé au cajun.
The Cheesecake Factory, pour manger un vrai cheesecake américain. C’est assez cher (~10$ la part) mais il y en a pour tous les goûts.
Dunkin’ Donuts, pour une pause sucrée et caféine. Si la chaîne à bien percé de notre côté de l’Atlantique, il n’y en a malheureusement pas encore en France alors autant profiter qu’il y en ait à tous les coins de rue pour goûter leurs spécialités en tous genres (et le freewifi est en prime bien pratique !).


Voilà le bilan de ma petite expérience pour partir sur la côte Est. Si vous êtes déjà allés aux États-Unis, j’adorerais que vous nous partagiez votre expérience ! Et si vous avez encore la moindre question d’organisation, je serais ravie d’y répondre dans la mesure de mes petits moyens. Pour ce qui est du détail de notre voyage, je vous partage très bientôt nos aventures et conseils dans une série d’articles ville par ville.

Providence (3)Washington (13)Tel USA (105)

Publicité

13 réflexions sur “Préparer son voyage aux USA (côte Est)

    • Ah c’est pas mal de savoir qu’il y a d’aussi bonnes offres à Air France aussi !
      C’est pas mal de faire que New York aussi, je pense ! Même si on a adoré voir plein de villes différentes, qui avaient tous un caractère propre (je ne pensais pas distinguer autant d’ambiances propres à chaque ville, c’est impressionnant le changement de perspective vécu à chaque arrêt), ça nous a aussi pas mal épuisées de faire beaucoup de route et de changer de logement aussi souvent (impliquant de toujours refaire les bagages, de porter ces lourds sacs des journées entières et de se familiariser sans cesse avec de nouveaux plans et transports en commun). Dès qu’on commençait à avoir l’impression de faire connaissance avec un endroit, on reprenait tout à zéro ! Alors que tu as dû avoir le temps de voir New York beaucoup plus en profondeur. J’aurais adoré avoir le temps (et parfois les moyens !) de visiter quelques musées là-bas, par exemple ! Mais ils ont tous l’air tellement gigantesques…

      J’aime

    • Ouch ! Effectivement, je déconseille 10h de vol avec une telle phobie, ça doit être un enfer à vivre >< As-tu testé de plus petits trajets en avion, ou pas du tout ? Remarque, tant que c'est pour aller en zone européenne, le train peut être super intéressant pour se déplacer aussi ! (ou la voiture, si on n'a pas peur des kilomètres^^)

      Aimé par 1 personne

    • Oui, je suis arrivée à me maîtriser pour quelques trajets de 2h, mais en « vieillissant », j’ai l’impression que ça empire…
      Mais heureusement, comme tu le soulignes, il y a le train et la voiture pour l’Europe 🙂

      Aimé par 1 personne

    • C’est déjà tellement un stress en soi de partir à l’étranger (peur d’oublier quelque chose, de rater son vol, d’être bloqué par un truc administratif, d’etre paumé sur place, etc.), je n’imagine pas ce que ça doit être d’y rajouter le stress du vol ! Tu es bien courageuse, même pour 2h !

      Aimé par 1 personne

    • Il y a des pays, comme ça, qui nous attirent plus que d’autres. Jusqu’il y a peu, j’éprouvais assez peu d’attraits pour l’Amérique latine. Mais les récits de voyageurs (des blogueurs, mais aussi ma maman et des amis) commencent à me faire changer d’avis, je l’avoue^^’
      Et merci pour tes encouragements !

      J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s