Le Songe d’une nuit d’Octobre, de Zelazny (+concours)

       Décidément, beaucoup de steampunk en ce moment sur le blog (et encore ! ce n’est pas fini…) avec une autre parution des Éditions ActuSF (ils nous ont vraiment gâtés ce mois-ci !) : Le Songe d’une nuit d’Octobre, de Roger Zelazny. Grande fan de son Cycle des Princes d’Ambre et venant de lire Le Guide Steampunk, j’étais dans les meilleures conditions possibles pour commencer cette lecture.

challenge imaginaire 7

       Un grand jeu mystique et macabre se prépare dans les ruelles sombres du Londres victorien. En lice, de grands personnages bien connus de la culture populaire : Jack l’Éventreur, le Comte Dracula, le Docteur Frankenstein, Sherlock Holmes et bien d’autres encore…

Ligne horizontaleLa rencontre de l’ombre & de l’étrange

      Dans Le Songe d’une nuit d’Octobre, Zelazny nous propose un point de vue particulier puisque la narration à la première personne est assurée par un chien. Cependant, loin de créer un décalage avec le lecteur, ce chien a finalement tout d’humain sauf l’apparence, parlant, pensant et agissant presque à la manière d’un Homme. L’intérêt de son point de vue n’est alors pas celui du regard neuf mais plutôt celle de l’acteur de l’ombre. Snuff (notre narrateur) est l’assistant d’un certain Jack se baladant avec un grand couteau dans les ruelles sombres de Londres et passe ses journées (voire ses nuits aussi) à agir dans l’ombre afin d’aider Jack à réaliser ses mystérieux desseins. Et ses activités le mènent à frayer avec tous les compagnons animaliers des autres Joueurs. Par eux, on découvre la balance des pouvoirs tout en conservant une partie de mystère, découvrant petit à petit leurs maîtres et motivations diverses, les tenants et aboutissants du Jeu, suivant l’enquête qui essaye de démêler le vrai du faux.

        Tout cela participe grandement à l’ambiance mise en place dans ce roman. On ne sait pas tout. L’intrigue se dévoile au fur et à mesure, changeant nos perspectives et remettant en cause nos idées. Beaucoup de références sont reprises d’autres livres ou de la culture populaire, mais détournées pour s’intégrer à un univers totalement nouveau et cohérent. On se prend au Jeu, on cherche à comprendre plus vite que le narrateur, à trouver le centre qu’il cherche par ses calculs et à trouver l’ennemi caché dans l’ombre. À mi-chemin entre roman fantastique et roman d’enquête, avec un petit côté journal grâce au récit à la première personne daté par jour. Ce mélange créé un foisonnement qui ne laisse jamais le temps de s’ennuyer.

Ligne horizontaleLe mot de la fin

       J’ai eu beaucoup de mal à restituer mon avis sur ce livre. Les thématiques sont variées mais si différentes de mes habitudes de lecture que je ne sais comment les analyser. Je sais juste vous dire de tenter l’expérience par vous-même. Personnellement, j’ai été happée par Le Songe d’une nuit d’Octobre que je ne peux que le recommander. La patte Zelazny s’y fait ressentir, alors avis à tous les fans de l’auteur ou à ceux désireux de le découvrir.


Concours :

Suite à un tirage au sort, j’ai le plaisir de vous annoncer le nom des deux gagnants :

  • Pour Le Guide Steampunk, Jean-Baptiste bzh.
  • Pour Le Songe d’une nuit d’octobre, Ju lit les mots.

Félicitations à tous les deux ! Je fais mon possible pour vous envoyer les lots au plus tôt.

 

 

9 réflexions sur “Le Songe d’une nuit d’Octobre, de Zelazny (+concours)

  1. Ping : Le Songe d’une nuit d’octobre, Roger Zelazny – Les Chroniques du Chroniqueur

  2. Han il me fait tellement envie ! Je trouve ça super original que ce soit un chien qui nous raconte l’histoire 😉 Bref, je lis le mot de la fin, et je me dis « c’est donc le mot de la fin », mais en fait non, tu as mis un concours ❤❤❤❤ merci beaucoup !

    Aimé par 1 personne

    • Au final, je suis très impressionnée de la façon dont il tire parti de cette originalité sans tomber dans le cliché facile du « toutou qui raconte ». Mais je n’en attendais pas moins de Zelazny ^^

      Aimé par 1 personne

  3. J’ai bien aimé cet angle de vue particulier qui rend l’histoire originale. Et puis 31 chapitres et un épilogue, c’est aussi bien joué 🙂 Je ne l’ai pas lu en octobre, mais cela doit rajouter du charme. J’ai tout de même passé un bon moment de lecture.

    Aimé par 1 personne

    • Je n’avais même pas relevé les 31 chapitres, bien vu ! C’est vrai que c’est malin, du coup… Et ça doit faire une lecture idéale à l’approche d’Halloween, c’est vrai !
      J’ai été particulièrement impressionnée par l’utilisation du narrateur car je craignais un peu que ce ne soit infantilisant de faire raconter le récit par un chien, ou que ça ne tombe dans des facilités comiques peu subtiles… Mais c’était sous-estimer Zelazny ! ^^

      J'aime

  4. Ping : Le Songe d’une nuit d’octobre par Roger Zelazny – Le monde d'Elhyandra

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s