L’Atelier des sorciers 1, de Shirahama Kamome

      Peu connaisseuse en manga, j’avais pourtant repéré la série de L’Atelier des sorciers de Shirahama Kamome sur la blogosphère. Entre l’enthousiasme qu’il provoquait et ses graphismes qui me plaisaient bien, il m’avait donné envie de le découvrir. Et grâce à une excellente amie qui me l’a offert pour Noël avec ses meilleures recommandations, c’est désormais chose faite. Et je ne le regrette pas !

challenge imaginaire 7challenge 4 éléments        Fille de couturière, Coco a une passion de la vie : la magie. Elle rêve de devenir sorcière, même si cela lui est apparemment inaccessible car il est édicté qu’on naît sorcier, on ne le devient pas. Et pourtant, quand elle découvre la vraie nature de la magie, Coco s’y essaye avec un certain succès… jusqu’à ce qu’elle lance un sortilège interdit qui atteint sa mère. Elle fera alors tout son possible pour la sauver, et cela passe par l’apprentissage de cette magie qui la fait tant rêver.

Ligne horizontale

Aussi magique qu’ensorcelant

       Si j’avais été ensorcelée par la couverture du manga avant même de le lire, je trouve qu’elle rend finalement assez mal hommage au style qui se cache entre ses pages. Je ne suis pas fan de la colorisation de la couverture, aux couleurs un peu trop criardes à mon goût, et trouve surtout qu’elle manque de finesse par rapport aux dessins des planches. Le style de dessin du mangaka est, pour moi, absolument magnifique, plein de finesse et de magie. Il apporte un soin particulier aux détails des visages, soulignés par un ombrage parfaitement maîtrisé ; les expressions et les mouvements ont quelque chose de particulièrement vivant qui emporte forcément l’empathie du lecteur pour la jeune héroïne et ses compagnons d’aventure.

      Le propos du livre, quant à lui, commence par des rebondissements assez convenus mais s’envole vite vers un univers bien unique. Les différents personnages sont suffisamment caricaturaux pour être vite cernés dans un support aussi restreint que le manga. Ils ont des personnalités propres qui se distinguent rapidement les unes des autres et les rendent attachants, bien qu’un poil trop clichés pour le moment. Le système de magie que découvre Coco (attention, spoil !) basé sur l’écriture est vraiment bien construit, intéressant à découvrir, et laisse songeur quand à une métaphore plus généraliste sur la « magie de l’écriture », la capacité à donner vie à ce que l’on imagine à travers la plume… Tout apprenti auteur se retrouvera sans peine dans l’émerveillement du personnage de Coco face à la magie une fois cette analogie faite.

Ligne horizontale

Le mot de la fin

         Il ne faut peut-être pas juger un livre sur sa couverture, mais on peut se fier à celle de L’Atelier des sorciers pour nous donner un aperçu très juste de son contenu enchanteur. Ce premier tome nous introduit avec efficacité dans un univers qui promet d’être dense, avec des personnages sympathiques et attachants. C’est un plaisir que de découvrir les rouages de la magie avec Coco et je compte bien continuer à suivre ses péripéties dans les tomes suivants.

6 réflexions sur “L’Atelier des sorciers 1, de Shirahama Kamome

  1. Je suis d accord avec toi. Je ne suis pas une habitué aux manga mais certains donnent vraiment envie de se plonger dedans. Il y a beaucoup de poésie dans l interprétation du sens de la magie et dans la façon de procéder pour l’utiliser. J aime beaucoup évidement aussi les dessins et leurs détails tout en finesse.

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s