La Stratégie des As, de Damien Snyers (+ concours)

      Petit nouveau aux éditions ActuSF, La Stratégie des As de Damien Snyers m’a intrigué par son originalité. Il nous promet un cambriolage, de l’humour et des personnages atypiques dans un univers mêlant fantasy et steampunk. Et si le mélange des genres me laissait sceptique au début, je dois avouer que lire un elfe faire des blagues sur Paris ou les fonctionnaires est plutôt savoureux. Car nous nous trouvons dans une sorte de futur alternatif où l’humanité a fini par découvrir la magie et où se sont développés d’autres races évoluées : les elfes et les trolls. Le tout forme un joyeux mélange qui me ferait presque regretter que La Stratégie des As n’ait pas (encore ?) de suite programmée.

challenge imaginaire 7

        James a deux caractéristiques majeures : c’est un elfe et un arnaqueur. Anti-conformiste dans l’âme, élevé sur les routes, il gagne sa vie sans scrupules, en pensant à lui avant tout pour essayer de se tailler son petit bout de paradis. Il est accompagné par deux fidèles amis aussi roublards que lui : Élise une « demie » (à comprendre mi-elfe, mi-humaine) et  Jorg un troll. Souvent stigmatisés à cause de leurs origines, les trois comparses ne se laissent pas démonter pour autant et se font recruter un peu de force pour un casse de haut vol : dérober le Rein d’Isis, un bijou unique réputé pouvoir guérir n’importe quelle maladie.

Ligne horizontale

Des codes revisités & une joyeuse bande

      La Stratégie des As prend place dans un univers original, différent de ce que j’ai l’habitude de voir grâce au mélange fantasy et steampunk. Autant, j’avais déjà vu de la magie dans des univers steampunk, autant elfes et trolls sont des êtres très connotés fantasy et donc peu usités dans d’autres genres que celui-ci. Par contre, le steampunk est finalement assez peu présent, sauf quand on a des références au monde réel. On découvre simplement un univers un peu rétro, sans véritable localisation temporelle mais supprimant toute avancée technologique trop poussée.

       Au milieu de cela, évolue notre joyeuse bande de héros. Ces personnages sortent des clous, petits voleurs à la sauvette qui ont un code moral bien éloigné des héros classiques, acceptant d’arnaquer ou même de tuer sans grande difficulté. Cependant, ils sont rendus attachants par la solidarité qui règne entre eux et la narration à la première personne par James nous laisse découvrir leur façon de penser qui est plutôt convaincante : on les perçoit finalement comme des bandits de grands chemins qui cherchent juste à vivre à leur façon, conserver leur liberté et, surtout, cultiver leur différence.

Ligne horizontalePlaidoyer pour la différence & ombre de la mort

     Si nos héros sont tous très différents les uns des autres, ils ont une caractéristique commune : leur refus catégorique de rentrer dans le moule. Ils font le choix de la différence. Bien sûr, ce « choix » leur est imposé de naissance mais ils l’assument ensuite pleinement, comme une revendication profonde. Et finalement, ce court roman prend vite des airs de manifeste contre le racisme. Certes, on ne parle pas de couleur de peau ici mais le message reste très lisible par rapport à notre société. Dans le roman, les humains arborent un sentiment de supériorité ; les elfes se plient aux stéréotypes pour se faire bien voir ; les demis (mi-elfes, mi-humains) ne trouvent pas leur place ; les trolls sont victimes d’injustices faciles… Le parallèle est plutôt simple à faire. Comme quoi, les littératures de l’imaginaire sont très bien placées aussi pour faire passer de véritables messages sociétaux. Cette critique acerbe du racisme via une métaphore claire et bien utilisée donne vraiment un relief supplémentaire au livre.

       Enfin, le grand enjeu constant du roman, c’est la mort. On sent qu’elle prend une place prépondérante dans l’histoire car elle apparaît sous différentes formes (menaces, maladie, vieillesse, peur, défi, regrets…) et n’est pas forcément là que pour renforcer le suspens mais pour développer les différentes réactions face à celle-ci. Sans entrer trop dans les détails pour ne pas spoiler, la mort est en quelques sortes le grand adversaire du roman. Pour reprendre la métaphore du titre (liée à l’univers du jeu), la mort fait partie du jeu mais elle est la seule avec laquelle on ne peut a priori pas tricher. C’est la contrainte ultime dont on ne peut se défaire, à moins d’avoir un sacré bon As dans sa manche.

Ligne horizontaleLe mot de la fin

      Si je devais faire un petit reproche au roman, ce serait sa facilité scénaristique. Quand on nous vend une histoire de casse, on s’attend à un plan extravagant et impressionnant façon Ocean’s Eleven. Finalement, pour La Stratégie des As, le casse est plutôt un prétexte à nous présenter une fine équipe de personnages attachants et leur évolution au sein d’une société injuste. J’espère que Damien Snyers nous donnera l’occasion de les retrouver pour d’autres aventures.


Concours :

      Et comme j’ai beaucoup aimé ce roman, les éditions ActuSF me donnent l’occasion de vous en faire gagner un exemplaire ! Pour y apporter ma petite touche, j’y ajouterai également un marque-page exclusif aux couleurs du roman. Pour participer, il vous suffit de remplir le petit formulaire suivant avant le 24 février.

      Bonne chance à tous !

La gagnante est : Light & Smell

 

Publicités

15 réflexions sur “La Stratégie des As, de Damien Snyers (+ concours)

  1. Je l’avais déjà repéré et ai encore plus envie de le découvrir maintenant. J’aime beaucoup les anti-héros et les personnages qui, bien que faisant des actes répréhensibles, finissent par être attachants. Quant à cette mort qui prédomine, elle ne semble pas avoir le caractère morbide et déprimant qu’elle peut revêtir dans certains autres romans. Enfin, les critiques envers le racisme me plaisent toujours beaucoup dans la littérature de l’imaginaire quand elles sont bien amenées comme cela semble être le cas ici.

    Aimé par 1 personne

    • Je pense que ce livre a tout pour te plaire si ces thèmes te parlent, en effet ! Et je trouve leur traitement d’autant plus appréciable que l’auteur n’en fait pas des caisses pour montrer « regarder, je parle de ça ! » mais les aborde en passant, et à nous d’en faire ce qu’on veut. Il est d’ailleurs fort probable que j’en ai raté d’autres au passage^^

      PS : J’ignore si tu souhaites participer au concours, mais au cas où, je préfère te préciser que je n’ai pas reçu de formulaire de ta part. J’espère qu’il n’y a aucun bug de ce côté-là !

      Aimé par 1 personne

    • Merci pour le message, j’avais en effet rempli le formulaire, mais je rencontre souvent des problèmes de validation de post. Peut-être en spam ? Sinon je peux retenter…

      J'aime

    • Pas en spam, j’ai vérifié. Je prends en considération ta participation telle quelle, j’ai vu le partage sur ta page et si jamais tu gagnes, tu pourras toujours me transmettre tes coordonnées par mail à ce moment-là 🙂

      Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s