Pupille (2018)

Pupille (1)

       Petite déception cinématographique aujourd’hui, avec un film français dont le sujet semblait pourtant frais et original : Pupille, histoire d’un jeune bébé né sous X à Brest, depuis l’accouchement jusqu’au départ chez la famille adoptive, en suivant tout le parcours administratif et humain qui se cache derrière.

Sortie de séance :

      X Alors que nous sommes entrés dans la salle avec toute l’envie du monde d’entrer en empathie avec ce petit être tout juste débarqué dans le monde et les personnes prêtes à l’aider et l’aimer, nous avons eu la déception de n’avoir jamais réussi à accrocher totalement avec ces personnages. Avec une empathie au cœur du film, ça coince forcément.

       Le seul personnage pour lequel j’ai ressenti un attachement certain, celui qui vient sauver le film pour moi, c’est celui de l’assistant familial (à savoir, la personne qui accueille le bébé en attendant qu’il trouve une famille d’adoption définitive). Lui est humain, touchant et donne une idée de toute la puissance émotionnelle qu’aurait pu atteindre ce film si tous les personnages lui avaient ressemblé.

Pupille (2)

       √ Tout ce qui est travail de recherche derrière la création de ce film est admirable. Le film retrace une procédure d’adoption dans ses moindres détails, présente un panel d’intervenants souvent ignorés et cela fait partie des gros points forts de ce film.

      X Le rythme, en revanche, est assez lent. On a une histoire assez simple, sans gros retournement, qu’on sent s’étaler en longueur. Le film ne cache pas son dénouement mais raconte seulement la façon d’y arriver sauf que ça ruine tout effet de suspense ménagé et rend le tout sans relief, sans surprise.

      X Enfin, la mayonnaise ne prend tout simplement pas. Quelque chose dans la façon de jouer ou de filmer les personnages les rend froid, impersonnels, et parfois même un peu énervants alors même que leur histoire, tout ce qu’ils ont à raconter est terriblement touchant. Un chiasme perturbant et très dommage.

Clap (2)

      En bref : Si j’aime la prise de risque et la véritable recherche qui se cachent derrière ce film, quelque chose dans les personnages manque pour vraiment créer l’empathie chez le spectateur et révéler toute la puissance émotionnelle de ce film. Je ne recommanderai donc pas particulièrement d’aller voir Pupille qui est un essai un peu raté à mon goût, mais j’aimerais voir plus de tentatives du genre dans le cinéma français.

 

Publicité

3 réflexions sur “Pupille (2018)

    • Peut-être est-ce juste ma sensibilité qui n’a pas accroché, aussi je ne peux que tu conseiller de te faire ton propre avis si vraiment ce film te tente mais voilà, au moins, tu as une idée du risque

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s