Bohemian Rhapsody (2018)

Bohemian Rhapsody 1

      Comment aurais-je pu passer à côté de ce film qui me fait saliver devant sa bande annonce depuis des mois ? Tout, depuis son sujet, jusqu’à son casting en passant par sa bande son et même sa réalisation me donnait envie de voir Bohemian Rhapsody, le biopic consacré à Queen et, plus particulièrement, son chanteur vedette parti trop tôt : Freddy Mercury.

Sortie de séance :

       Le film vient à peine de finir que j’ai déjà envie d’y retourner. Il m’a donné le rêve affreusement frustrant puisqu’impossible d’aller immédiatement assister (participer, devrais-je dire !) à un concert de Queen. Quelle énergie, quel enthousiasme… encore, encore !

      Pour commencer, Rami Malek (alias Mr Robot, dans ma tête) est fantastique dans son rôle. Véritable caméléon, il m’a vite fait oublié la prothèse dentaire et je ne voyais plus personne d’autre que Freddy Mercury à l’écran, comme un ami intime que je ne suis pas prête d’oublier.

Bohemian Rhapsody 2

      Ensuite, le reste du casting ne démérite pas une seconde. Chaque membre du groupe, malgré son rôle moins important dans le film, démontre son importance vitale dans le groupe lui-même. Leurs personnalités sont marquées, intéressantes et indispensables à faire de Queen, Queen. De même, la famille, l’entourage et même les ennemis de Freddy, tous d’une justesse qui me les ont rendus très réels.

      Et parmi le florilège de messages inspirants qu’il y a à retenir de cette vie à 1000 à l’heure, si je ne devais en retenir qu’un, ce serait : oser cultiver sa différence. Freddy s’affiche immédiatement comme un OVNI, Queen « fait du Queen » et c’est en étant entièrement eux, sans la moindre concession, qu’ils parviennent

« Je veux être ce pour quoi je suis né »

       Bon, la bande son, vous vous en doutez déjà, ravira les oreilles de tout fan de Queen. C’est 2 heures de bon vrai rock à la Queen, sublimé par la qualité audio du cinéma et, surtout, par toute l’histoire terriblement intime que l’on découvre derrière chaque titre. S’ils avaient toujours fait résonner quelque chose en nous, ces titres sont aussi des tranches de vie qui prennent tout leur sens au sein de cette histoire.

https://unratdesvilles.files.wordpress.com/2017/04/clap-51.png

        En bref : Bohemian Rhapsody est un petit bonheur sensoriel, un concentré d’énergie et un déchaînement d’émotions qui immortalise un homme grand, avec ses forces comme ses faiblesses mais qui mérite qu’on s’en souvienne et s’en inspire. Pour votre propre bien, ne passez pas à côté.

6 réflexions sur “Bohemian Rhapsody (2018)

    • J’espère qu’il ne te décevra pas ! J’ai foncé le voir au plus tôt car j’ai laissé passer quelques sorties ciné qui me donnaient très envie ces derniers temps et j’en suis très frustrée. Je ne voulais certainement pas rater celle-là^^

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s