Millénium 2, de Stieg Larsson

        Voilà 2 ans déjà que je m’étais attaqué au premier tome de la saga de Stieg Larsson, Millénium, en plein cœur de l’été à l’occasion d’une lecture commune. Malgré mon enthousiasme débordant de l’époque, l’ampleur de la tâche m’avait fait reculer pour enchaîner sur le tome 2. C’est donc à nouveau en été, à l’occasion d’une accalmie, que j’ai plongé dans Millénium 2 : La Fille qui rêvait d’un bidon d’essence et d’une allumette, toujours avec la même délectation. Et si je peux vous dire une chose, c’est que le troisième ne saura se faire attendre si longtemps !

challenge 4 éléments

        Le tome 2 prend place 1 an après la résolution de l’enquête qui a fait se rencontrer Mikael Blomkvist, le super journaliste économiste, et Lisbeth Salander, la hackeuse au passé mystérieux. Ce deuxième tome s’axe beaucoup plus sur la vie et la psychologie de Lisbeth qui se retrouve prise au piège d’une accusation de meurtres tandis que Mikael était lancé dans une nouvelle investigation à risques sur le commerce du sexe en Suède.

Ligne horizontale        Sombre & haletant.

      Ce nouveau tome reste beaucoup dans la veine du premier : il n’hésite pas à être sombre et violent pour mieux dénoncer les réalités qu’il décrit, ce genre de réalités qu’on ne veut souvent pas voir. Pour parvenir à ses fins, faire passer son message au mieux, l’auteur n’a pas peur de nommer et de décrire ces choses pour en faire ressortir toute la dureté. C’est un parti pris qui peut faire autant d’adeptes que de détracteurs. En effet, certaines scènes (de viol ou de torture, par exemple) peuvent être très dures à lire et rebuter certains lecteurs. Mais on sent bien que si Stieg Larsson les décrit ainsi ce n’est pas par pur fétichisme mais plutôt pour se rapprocher de la descritpion d’une réalité toute crue.

    Cette volonté de réalisme s’explique beaucoup par la forme du roman. On y suit le même protagoniste qu’au premier tome, Mikael Blomkvist qui met une enquête mi-policière mi-journalistique. Et la prolifération de détails sordides comme banaux permettent de semer des indices discrètement tout en aidant à donner du relief à l’histoire. On aboutit ainsi à une intrigue qui vous prend au corps et nous vous lâche plus jusqu’à la dernière page. En plus des effets d’attente traditionnels, on a même un jeu de l’auteur sur la disparition de son personnage central, celui dont on veut tout connaître, pour créer un effet d’attente supplémentaire.

Ligne horizontale           Lisbeth & normes.

        Dans ce nouvel opus, on sent que l’accent est fortement mis sur la mystérieuse Lisbeth Salander. Personnage central de l’histoire, elle s’était déjà démarqué par son caractère fort et hors du commun dans le premier tome. Là, on revient davantage sur ses origines, on découvre sa famille, on creuse sa personnalité, on cherche à la comprendre. Tout est mis à nu pour tenter de « l’expliquer » : de ses expériences à son bagage émotionnel et psychologique, voire à des résurgences génétiques héréditaires, Larsson nous démontre à quel point ce qui fait l’essence d’une personne (ou d’un personnage) est varié et complexe. Lisbeth est un personnage atypique dans le paysage littéraire et la voir occuper le centre de la scène est captivant.

       Tous les personnages ont d’ailleurs, à divers degrés, ce côté atypiques qui les rendent mémorables et attachants. L’auteur se permette de sortir des normes, d’une façon ou d’une autre, et c’est parce qu’ils sont hors-normes qu’ils sont remarquables. Ils se distinguent souvent par leur ouverture d’esprit, leurs orientations sexuelles libres, leur sens de la justice ou de l’honneur, leur définition des valeurs, du bien et du mal, leur rapport à la loi… Ils ne rentrent pas dans les cases et montrent une forme d’héroïsme alternative, peu commune en littérature et qu’il fait du bien de rencontrer au détour d’une page.

       Tout autant que le premier tome, La Fille qui rêvait d’un bidon d’essence et d’une allumette m’a accrochée jusqu’à sa dernière page. Une série qui ne vole pas sa place d’incontournable.

 

4 réflexions sur “Millénium 2, de Stieg Larsson

  1. Je n’ai lu que le premier car, comme toi, j’ai eu peur de mettre plusieurs mois à le lire, je me suis donc contentée de voir les deux films qui reprennent le tome 2 et 3. C’est trop dommage parce que j’étais complètement sous le charme de Lisbeth ! Ton article est super, j’ai adoré retrouver les caractéristiques de cette héroïne hors norme

    Aimé par 1 personne

    • Aïe ! Je te comprends ! Mais c’est tellement cool d’explorer la psychologie de Lisbeth dans les tomes 2 et 3^^
      Je n’ai encore vu aucun des films, la violence de certaines scènes me fait un peu peur… Dans le tome 1, il y en a déjà que j’ai eu du mal à digérer par écrit, je pense que ça me choquera d’autant plus à l’écran x_X Mais c’est quand même tentant ! Ils sont bons ?

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s