8 idées… De livres pro-féminisme

      Le 8 mars, vous le savez sans doute grâce au rabattage médiatique fait dessus, c’est la journée internationale des droits des femmes. À cette occasion, l’année dernière, nous nous intéressions à 8 auteures marquantes de la littérature. Mais faire avancer la cause de la femme, bien souvent, cela passe aussi par les idées portées par les œuvres d’art. Aussi, dans ce « 8 idées », nous découvrirons ensemble 8 livres qui font subtilement réfléchir sur la question du féminisme. Subtilement, parce qu’ils ne sont pas féministes à proprement parler mais soutiennent fermement l’égalité entre les sexes pour ceux qui savent un minimum lire entre les lignes.

       1 ‖ Sally Lockhart de Philip Pullman.

       Si l’auteur est davantage connu pour sa trilogie À la Croisée des mondes, Pullman a pourtant écrit quelques autres bons romans dont la série des Sally Lockhart. Polars destinés à la jeunesse, ces livres mettent en scène une jeune femme d’affaire intelligente et pleine de fougue dans le Londres du XIXe. Mais Sally n’est jamais prise au sérieux à cause de son sexe et n’a cesse de se battre pour faire reconnaître le droit des femmes entre deux enquêtes criminelles. Intéressant à tout âge.


       2 ‖ A comme Association de L’Homme et Bottero.

       La série de fantasy jeunesse écrite à quatre mains par Erik L’Homme et Pierre Bottero alternent deux personnages : Jasper et Ombre. D’un tome sur l’autre, le personnage principal alterne et chacun montre ainsi ce qu’il vaut, se complétant parfaitement sans le savoir. Merveilleux exemple de l’égalité des sexes, où faiblesses et points forts se partagent à parts égales.


       3 ‖ Un Autre Regard d’Emma.

     Le féminisme ne se décline pas qu’en roman, loin de là, et la bédéiste Emma a beaucoup fait parler d’elle récemment, notamment avec son strip sur la « charge mentale » depuis trop longtemps dévolu aux femmes. Dans Un Autre Regard, elle continue de nous exposer ses idées sur l’évolution de l’égalité femmes-hommes de façon très ludique et tout en douceur.


     4 ‖ Jane Eyre de Charlotte Brontë.

     Sans trop de surprises, Jane Eyre est une femme forte, indépendante, en avance sur son temps autant que son auteure. Elle fait preuve d’une détermination à toute épreuve et ne compte que sur son intelligence pour se hisser à égalité des hommes malgré les idées rétrogrades qui peuplent son époque.


     5 ‖ Fondation d’Isaac Asimov.

     Fondation part mal, très mal dans la lutte contre l’inégalité hommes-femmes. En effet, dans les premiers tomes, seuls des hommes sont mis à l’honneur dans des situations de pouvoir. Mais il apparaît par la suite que c’est avant tout une question de mœurs et d’époque de l’univers. À partir du troisième tome, justement, la société évolue et c’est là que les femmes commencent à y trouver leur place, prendre les choses en main ; l’évolution naturelle passerait-elle par là ?


  6 Les Annales du Disque-Monde de Terry Pratchett.

      On ne prétendra pas que les discriminations n’existent pas dans le Disque-Monde. Mais, comme tout le reste, Terry Pratchett s’amuse à les détourner. Ainsi, le racisme devient le spécisme, par exemple. Et les discriminations hommes-femmes ne sont pas visibles. Dans certaines espèces, on a même du mal à distinguer hommes et femmes. Plus encore, lorsqu’une femme est intégrée au Guet, l’auteur laisse flotter un malais autour du personnage, laissant supposer que son sexe pose problème à son intégration… Alors même que c’était pour dissimuler une toute autre question, sans aucun rapport. Parce que son sexe, le Guet, lui, ne s’en est jamais soucié pour juger ses aptitudes d’agent.


   7 ‖ La Roue du temps de Robert Jordan.

      Même si cette saga de fantasy manque parfois de parité, surtout dans l’équilibre de ses héros, elle a quelques bonnes idées en matière de féminisme. Notamment la création d’un pays monarchique où ce n’est pas le roi mais la reine qui gouverne et transmets le pouvoir à sa fille. Alors le système est loin d’être recommandable, ça reste une monarchie, mais puisque la royauté existe, pourquoi pas la « reinauté » à la même enseigne ?


       8 ‖ L’Épée de Vérité de Terry Goodkind.

       Le cycle de Goodkind met en scènes de nombreuses femmes de pouvoir, souvent plus puissantes que les hommes eux-mêmes. Elles ont même des castes qui leur sont entièrement réservées, contrôlant ainsi une partie entière de la vie de la société. Le problème, c’est que la saga pourrait presque être accusée de tomber dans le biais inverse : la supériorité des femmes sur les hommes au lieu de l’égalité. Heureusement, de grandes figures d’hommes de pouvoir viennent bien rééquilibrer cela.

      Voilà les 8 idées que j’avais à proposer. Ce ne sont volontairement pas des livres très engagés politiquement mais plutôt des livres qui prouvent une évolution des consciences vers l’égalité femmes-hommes. Y en a-t-il qui vous viennent à l’esprit en ce sens ? Qui ne soient pas à proprement parler féministes mais qui vont dans le sens de la parité ?


      Les idées des blogueurs de passage :

  • Le Régiment monstrueux de Terry Pratchett (idée de Stéphane)
  • Harry Potter de J.K. Rowling (idée de MlleSamovar)

11 réflexions sur “8 idées… De livres pro-féminisme

  1. Par contre je n’avais lu que le premier tome des Annales du disque-monde et je n’avais pas continuer parce que même si j’aimais les préipéties je n’accrochais pas au style. Un des autres trucs qui m’avait gêné était le fait qu’on ne voyait que très peu de femmes.

    J'aime

    • Je n’étais vraiment pas sûre d’aimer avant de décrocher, les sujets sont loin d’être mes thèmes de prédilection, et pourtant j’ai été incapable d’en décrocher. Je recommande vivement, au moins de tenter l’expérience pour en avoir le cœur net^^

      Aimé par 1 personne

    • Je ne les ai jamais vraiment perçus comme féministes mais c’est vrai qu’il y a de nombreux personnages forts dans Harry Potter donc tu dois avoir raison, on peut les considérer comme tels ! 🙂

      Aimé par 1 personne

  2. A mon sens, la saga Harry Potter est féministe justement parce qu’elle regorge de personnages féminins très différents, sans porter de jugement moral. Par exemple, le regard porté sur les mères au foyer est très intéressant : Molly Weasley est une mère au foyer – certe, elle a un côté assez caricatural si on regarde d’une certaine manière – mais elle n’est pas perçue comme une « fainéante » ou « assistée », au contraire elle défend ses valeurs, s’engage dans l’ordre du Phoenix. Elle n’y gère « que » le ménage et la cuisine mais c’est un boulot à part entière. Narcissa Malefoy présente également une force extraordinaire en non seulement en osant demander à Severus un serment mais surtout en mentant ouvertement à Voldemort.
    Vus que dans la société actuelle, il est très facile de tomber dans le stéréotype « la femme/mère au foyer, elle ne fait rien, elle profite de la vie », ce genre de regard est pour moi un acte de féministe – en plus des autres personnages tout aussi intéressants que cette saga contient. En tout cas, c’est mon avis 😉

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s