8 idées… De lecture américanisantes

       Il y a peu, je vous proposais une petite sélection de lectures dites « japonisantes », c’est-à-dire originaires du Japon ou bien inspirées des traditions du pays. Aujourd’hui, chers lecteurs, je vous propose de partir à la découverte d’un nouveau territoire : les États-Unis d’Amérique ! C’est parti pour 8 idées de lectures « américanisantes », qui reflètent pour moi au plus la culture du pays de tous les possibles.

      1 ‖ Les Aventures de Tom Sawyer de Mark Twain.

      Enfant, j’ai découvert Tom Sawyer grâce au dessin animé et à son générique absolument inoubliable. Jeune adulte, je l’ai redécouvert à travers le roman de Mark Twain et ça a été le même effet de fraîcheur instantanée. Tom Sawyer, c’est l’Amérique profonde et les rêves de liberté des années 1850, c’est l’innocence universelle de l’enfance avec un je-ne-sais-quoi très américain qui ne semble mettre aucune barrière. Bref, c’est un petit bout de culture qui m’aura faite voyager et imaginer les États-Unis comme cela.


      2 ‖ Fahrenheit 451 de Ray Bradbury.

      Changement de décor radical avec un autre roman que tout le monde connaît, ne serait-ce que de réputation : Fahrenheit 451. Ray Bradbury, c’est aussi1 l’Amérique du Nord, pour moi, mais d’une toute autre façon. Là, c’est l’appel vers l’avenir qui fait son effet. Le côté très visionnaire de ce pays qu’on a toujours l’impression de voir comme prêt à conquérir le monde – sans allusion militaire. Mais c’est aussi une image de la surconsommation des divertissements qui me fait beaucoup penser à l’image que j’ai du pays. Une ambivalence qui le représente vraiment parfaitement dans mon imaginaire, entre rêves grandioses et réalités très terre-à-terre.


      3 ‖ Gatsby le Magnifique de Scott Fitzgerald.

      Avec Scott Fitzgerald, nous voilà entraînés en plein dans les années folles. La prohibition est une image particulièrement marquante des États-Unis, une époque de conflits entre être et paraître mais aussi une époque de grande liberté. Qui plus est, Gatsby est l’exemple même du self-made-man tant vanté par le modèle américain : parti de rien, il a atteint les sommets, laissant la possibilité à chacun de se rêver à sa place.


      4 ‖ Des Fleurs pour Algernon de Daniel Keyes.

      Nouveau livre et nouvelle vision des Etats-Unis pour moi. Avec Des Fleurs pour Algernon, c’est le pays de tous les possibles que nous découvrons. La réussite sociale ne passe plus par l’argent comme dans Gatsby le Magnifique, ici c’est la recherche du développement personnel qui prime, mais celle-ci passe également par la reconnaissance des autres.

des-fleurs-pour-algernon


      5 ‖ Croc-Blanc de Jack London.

      Après deux plongées dans des univers très dictés par le rapport au l’autre et l’intégration dans la société, direction les grands étendues sauvages. Croc-Blanc, ce sont les grandes étendues enneigées du nord de l’Amérique. Mélange entre vie des derniers amérindiens encore installés dans le pays et des colons déjà bien installés sur ces territoires inhospitaliers, le roman nous fait découvrir une nouvelle facette des États-Unis, plus dure et indomptable que jamais.2


      6 ‖ Le Cercle littéraire des amateurs d’épluchures de patates de Mary Ann Shaffer.

       Avec Le Cercle littéraire des amateurs d’épluchures de patates, comme ne l’indique pas du tout son titre, c’est la période de l’après-guerre que nous découvrons aux États-Unis. La guerre, malheureusement, est fondatrice de l’Histoire de chaque pays et la découvrir dans ce roman de manière tellement humaine, perçue uniquement par le ressenti de chaque habitant d’un petit village anglo-normand qui a subi l’occupation allemande, permet de se sentir plus proche de cette Histoire qui a forgé leur identité nationale. Un pays très fier de son armée, ancré sur de fortes valeurs républicaines dont on ressent ici plus que jamais les motivations.


3       7 Des Souris et des hommes de John Steinbeck.

        Des Souris et des hommes, c’est l’image parfaite que je me fais du Far West. C’est l’époque des cow-boys, de ces hommes de fermes débrouillards qui s’arrangent pour vivre en passant de petit boulot en petit boulot mais aussi de la loi du plus fort, avec malheureusement son lot de mauvais côté. Entre confiance de donner un travail et loger un inconnu sorti de nul part et injustice judiciaire qui pousse à juger le différent coupable, on retrouver chez Steinbeck un compromis sociologique intéressant.


       8 Moby Dick de Herman Melville.

      Et pour finir, petit tour en mer avec Moby Dick. Si on le lit plutôt comme le roman de l’affrontement de l’Homme contre la nature, je ne peux aussi m’empêcher d’y voir un esprit de revanche de la nation assez prégnant, un besoin de prouver ce dont elle est capable et un courage, un sang-froid assez indéniables dans cette histoire. Même quand tout est perdu, Achab ne renonce pas et c’est encore, selon moi, un phénomène très culturel.

      Voilà les 8 livres qui me font le plus penser à la culture américaine. Je sais bien qu’il y en a de nombreux autres que j’aurais dû citer mais dont je ne peux, en tout état de cause, parler sans les avoir lu. Cependant, je suis à l’écoute de vos propositions : quels livres choisiriez-vous pour un road-trip imaginaire aux USA ?


        Les idées des blogueurs de passage :

  • Les Fantômes du vieux pays de Nathan Hill (idée du Bouquin Ivre)
  • Americanah de Chimamanda Ngozi Adichie (idée de Ma Lecturothèque)
  • Les Raisins de la colère de John Steinbeck ; Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur de Harper Lee ; La couleur des sentiments de Kathlyn Stocket ; L’homme au complet gris de Sloan Wilson (idées de Petite Plume)
  • Le Temps de l’innocence par Edith Wharton (idée de Beetle the Reader)
  • Non-fiction : Une histoire populaire des États-Unis d’Howard Zinn (idée de Mahault)
  • American Gods de Neil Gaiman et La Tête dans le carton à chapeaux de Mark Childress (idées du Tanuki)
  • Le Sillage de l’oubli de Bruce Machart ; Le Tireur ou Homesman de Glendon Swarthout ; Non-fiction : Les émeutes raciales de Chicago, juillet 1919 de Carl Sandburg (idées de Mogulg)

33 réflexions sur “8 idées… De lecture américanisantes

  1. Quasiment tous sont dans ma wishlist depuis un bout de temps. Ça me fait (un peu) honte de ne pas les avoir encore lus alors que ce sont, genre, des monuments de la littérature US. Par contre, j’ai lu Great Gatsby et je n’ai pas accroché du tout. Du coup, j’hésite à lire d’autre S. Fitzegarld.

    Aimé par 1 personne

    • N’en ayant lu aucun autre, je ne peux pas trop te dire si les différences de style sont significatives d’un livre à l’autre de Fitzgerald. Mais je comprends ton manque d’engouement pour Gatsby, je dois dire que le rythme m’avait paru lent sachant que je l’ai lu après avoir vu le film de 2013 qui est une explosion de sons, d’actions et de couleurs. Mais j’ai fini par me laisser charmer par d’autres choses qu’apporte le livre (profondeur des personnages, métaphores, descente inéluctable…)^^

      Aimé par 2 personnes

    • Ben c’est exactement comme toi. Je l’ai commencé juste avant la sortie du film. Du coup, j’ai lu le début et l’ai continué après avoir vu le film. Total: explosion de couleurs et de sons avec le film comme tu dis et puis un livre plus lent. J’ai plus réussi à accrocher et rien n’a pu y faire malheureusement. 😕

      J’aime

  2. Plusieurs me viennent en tête : Les Raisins de la colère (pour poursuivre avec Steinbeck), Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur de Harper Lee, La couleur des sentiments de Kathlyn Stockett et L’homme au complet gris de Sloan Wilson.

    J’aime

  3. Les deux seuls livres que je n’ai pas lu dans cette sélection c’est Moby Dick et Croc Blanc. J’ai Moby Dick dans ma PAL et le souvenir du film adapté du même nom que j’avais adoré (la photographie de certaines scènes ressemblent à des peintures de Turner) puis j’ai Martin Eden, bon ce n’est pas Croc Blanc mais ça me permettra de découvrir l’auteur !

    Aimé par 1 personne

    • Le rythme de Moby Dick m’a surprise quand je l’ai commencé : un récit assez lent, voire un peu lourd au début. Mais la chasse vient casser ça et donner une toute autre dimension à l’histoire^^
      Martin Eden, j’ai très envie de le lire aussi : il paraît que c’est un excellent livre de l’auteur ! 🙂

      J’aime

    • Je me suis rendue compte après coup que ma liste manquait un peu de modernité, ceci dit ! Par exemple, j’aurais pu parler de La Pâtissière de Long Island, qui est génial pour son point de vue d’une immigrante arrivant aux USA mais… qui pêche par d’autres côtés, donc ça m’embêtait un peu ><

      Aimé par 1 personne

  4. Coucou, j’en ai déjà lu plusieurs de la liste hihi, celui que j’aimerais lire c’est celui de Steinbeck, j’en entends que du bien !
    Si je devais choisir un livre pour les USA (pas vraiment un road-trip mais bon) ce serait Le Temps de l’innocence par Edith Wharton 🙂

    J’aime

  5. Les États-Unis ne m’attirent pas particulièrement mais l’histoire de ce pays est très intéressante. J’admire la capacité qu’ont les écrivains américains de réfléchir à leur propre histoire et à la critiquer, à prendre des distances avec, etc … Il y a un bouquin que j’adore, qui n’est pas un roman : Une histoire populaire des États-Unis, d’Howard Zinn.

    Aimé par 1 personne

    • J’avoue que ce n’est pas le premier pays vers lequel je suis curieuse de me pencher pour ce qui est de la culture actuelle mais son Histoire est tellement riche qu’il y a énormément de choses à en apprendre et qu’il a été particulièrement inspirateur en arts.
      Quelle période ce livre couvre-t-il ?

      J’aime

    • Il est sous-titré « de 1492 à nos jours » et est vraiment complet. En plus le point de vue est vraiment sans concession. L’auteur est un activiste pacifiste qui n’hésite pas à appuyer sur les zones sombres de l’histoire.

      Aimé par 1 personne

  6. De très bonnes idées, j’aurais ajouté American Gods qui traite du mythe américain
    et aussi la tête dans le carton à chapeau qui est un road trip déjanté dans l’amérique des 50’s (et parle aussi de la ségrégation et du sexisme)

    (mais tu me mets le doute sur Les amateurs d’épluchures de patates : ça se passe pas en Grande Bretagne ?)

    Aimé par 1 personne

    • Oh mais oui, American Gods, je n’y aurais même pas pensé, tu vois ! Il faut que je le lise :3
      Je ne connais pas le second, par contre ?

      Si, tu as raison pour Les Amateurs…, ça se passe bien en Grande Bretagne ! Mais l’auteure est américaine et j’y ai (personnellement, après peut-être n’est-ce que ma vision) trouvé beaucoup de valeurs américaines : la vénération des troupes salvatrices, l’émulation de guerre, la blessure marquante… J’ai l’impression que le roman n’aurait pas été écrit de la même façon s’il n’avait été écrit par une américaine qui y reporte beaucoup de son patriotisme, en fait^^

      Aimé par 1 personne

  7. Moby Dick, Algernon, Croc-Blanc : je les ai adoré ! Et ça fait un moment que je veux lire Steinbeck et Bradbury 🙂
    Pour un road-trip américain, j’adore Le sillage de l’oubli de Bruce Machart, Le tireur ou Homesman de Glendon Swarthout, et un autre livre de non-fiction, Les émeutes raciales de Chicago, juillet 1919 – Carl Sandburg. 🙂

    Aimé par 1 personne

  8. Pour le Machart, je te renvoie sur mon blog : https://synchroniciteetserendipite.wordpress.com/2016/11/11/le-sillage-de-loubli-bruce-machart/
    Je n’ai jamais pris le temps de chroniquer les Swarthout sur le blog (je l’ai fait rapidement sur Babelio). Ce sont des westerns. Le tireur raconte les dernier jour d’un cowboy ultra-renommé. Il apprend qu’il a un cancer de la prostate et qu’il va mourir. On suit son évolution intérieure, et le monde qui continue de tourner autour de lui, sa tête est toujours mise à prix alors il y en a plus d’un qui voudrait achevé l’homme affaibli 😉
    Homesman, j’ai encore plus aimé ! ça raconte l’histoire des premiers pionniers et pionnières dans les grandes plaines américaines. A cause des conditions de vie, certaines femmes deviennent folles. Une expédition est donc organisée pour les ramener dans leur famille de l’autre côté du continent américain. C’est la route des chercheurs d’or à l’envers. Aucun mari des femmes folles n’accepte de faire le voyage. Alors une femme saine d’esprit décide d’u aller et elle réussit à convaincre un repris de justice de l’accompagner. C’est l’histoire de cette expédition en chariot de 5 femmes et 1 homme à travers les grandes plaines désertes des Etats-Unis… C’est magnifique. La condition féminine est au cœur du récit et traitée avec une grande finesse.
    Je te les conseille 1000 fois tous les trois !! 😉

    J’aime

  9. Je plussoie la réputation de Fahrenheit 452, il mérite son titre de classique. Ah « Des fleurs pour Algernon » fut une sacrée lecture pour moi : à faire pleurer les gâteaux secs ! Croc-blanc, je l’ai il y a fort fort longtemps et j’avais apprécié la rencontr de ces terres. J’ai passé un bon moment avec Le Cercle littéraire des amateurs d’épluchures de patates.

    Aimé par 1 personne

    • J’avoue que je viens de réussir à conseiller des Fleurs pour Algernon à quelqu’un qui ne lit habituellement pas de SF et je n’en suis pas peu fière ! Le côté beaucoup plus humain que technologique du roman offre une bonne entrée dans le genre, pas trop effrayante mais vraiment marquante, je pense^^

      J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s