Dom Juan, de Molière

       Aujourd’hui, chers lecteurs, je vous propose de parler d’une pièce de théâtre que tout le monde connaît au moins de réputation : Dom Juan de Molière. Nombreux sont ceux qui l’ont étudiée en classe, d’autres l’ont lue pour le plaisir et d’autres encore n’ont jamais eu l’occasion de la lire mais aucun ne pourra dire qu’il ignore qui est ce personnage de grand séducteur tellement mythique qu’il en est entré dans la culture commune.

      Dom Juan est le plus grand des séducteurs que la Terre ait jamais connu. Toutes les femmes succombent à son charme et il se fait un plaisir de les séduire. Mais Dom Juan est aussi un impertinent, un homme en colère qui en veut au Ciel et qui sera puni par lui.

Ligne horizontale       Mythe & libertinage.

     Une forte controverse a existé pendant longtemps concernant le Dom Juan de Molière, s’interrogeant sur la possible inspiration réelle de l’auteur, avec une possible satire de certaines personnes de cour importantes. Cependant, si c’est ce qui a fait beaucoup de bruit à l’époque de la sortie de la pièce, ce n’est plus vraiment ce qui nous préoccupe aujourd’hui. Les intrigues de cour sont désormais bien loin et n’intéressent généralement plus que les historiens tandis que Dom Juan n’a jamais perdu en popularité. Plus encore, Dom Juan est même devenu un véritable mythe de la culture populaire car c’est un personnage universel, qui parle à tous et qui existera toujours. Preuve en est l’expression qui a fait passer le nom propre à un nom commun : un Dom Juan désigne désormais quiconque enchaîne les conquêtes amoureuses. C’est un personnage qui fait partie de la culture commune française et renvoie à une expérience partagée par tous.

       Dom Juan réunit un certain  nombre de caractéristiques indissociables du personnage. C’est un homme qui profite de la vie et de ses plaisirs quotidiens, avec par là une philosophie proche de celle du carpe diem. Mais c’est aussi un personnage qui ne se préoccupe jamais des conséquences de ses actes, oublie jusqu’aux questionnements du lendemain. Il ne croit pas à la bonté de l’humanité, ne s’en soucie pas réellement et s’avère terriblement proche, en cela, de la doctrine du cynisme. On s’aperçoit ainsi que Dom Juan est un personnage profondément égoïste et destructeur, qui pense à son propre plaisir avant tout. Il représente, en fait, le caractère type du personnage libertin, libre et sans tabous.

Ligne horizontale       Rejet & sexualité.

       Dom Juan est un personnage assez ambigu. Même s’il commet des actes jugés répréhensibles, il est quand même terriblement attachant. En effet, il symbolise un rejet violent de la société, de la morale, de la religion, des valeurs partagées, des règles… Mais il exprime ainsi un besoin de liberté, d’individualité et se crée son propre système de valeurs. Tout cela est une composante fondamentale de l’image du libertin telle qu’on se la figure au XVIIe siècle mais cela lui permet aussi d’être un personnage extrêmement parlant pour son lecteur. Il répond ainsi à un besoin fondamental de l’être humain, ce qui permet au lecteur de pardonner le mal que fait Dom Juan autour de lui car il comprend intrinsèquement ses motivations, voire l’envie partiellement de se permettre ce rejet.

      De nombreux questionnements se sont posés, au fil des années, sur la sexualité de Dom Juan. Cette quête insatiable de la conquête féminine donne l’impression que le personnage ressent le besoin de prouver quelque chose, aux autres ou à lui-même. Cela pourrait-il être, par exemple, symptomatique d’une envie de fuite vers l’avant ? Certaines interprétations modernes ont tendu vers la théorie de l’homosexualité. Son manque de respect envers la femme, vue comme un objet, un trophée, une proie, semblerait tendre vers cette interprétation. D’une certaine façon, son manque d’amour de lui-même déteint sur ses relations avec les femmes, elles-mêmes dénuées d’amour. Son rejet violent de la religion prendrait alors tout son sens si on suppose que Dom Juan est en quête d’un  amour alors proscrit par la religion chrétienne ; ce serait un sentiment de mal-être profond qui rejaillirait là, comblé par la séduction comme moyen de s’adapter.

     Vous pourrez donc constater que Dom Juan de Molière est une œuvre qui m’a marquée et me fait, encore aujourd’hui, beaucoup interroger. D’autres interprétations se bousculent encore sur le personnage et je serais curieuse de savoir laquelle vous plébiscitez : les débats sont ouverts, chers lecteurs !

 

Publicité

9 réflexions sur “Dom Juan, de Molière

  1. (je rédige ce commentaire pour la deuxième fois, merci ma connexion toute pourrie…)
    Je disais donc que j’adorai Don Juan, je l’ai étudié pas mal souvent entre le collège et le lycée (ça devait être à la mode) mais selon les profs les angles étaient différents donc c’était toujours intéressant.
    Concernant son orientation sexuelle, je ne sais pas si tu as lu La nuit de Valogne de Schmitt, vraiment très sympa pour prolonger le mythe de Don Juan !

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s